Bernard-G Landry – Marcel Carné (Editions Jacques Vautrain. 1952)

BERNARD – G. LANDRY présente MARCEL CARNÉ

– Avec l’aimable autorisation de Bernard-G Landry

 

 

C’est avec regret que nous avons appris par Madame Maryvonne Carpentier-Landry le décès de son mari Bernard-G Landry survenu le 04 avril 2014.

Après notre entretien en 2008, il avait participé au documentaire Sur le quai qui se trouve en bonus de l’édition Blu-ray de la restauration du Quai des brumes édité par Studio Canal en 2011.

Nos très sincères condoléances à sa femme ainsi qu’à sa famille et ses amis.

Philippe Morisson

Bernard Landry @Studio Canal

(c) One Shot Audiovisuel / Studio Canal

 

Bernard-G Landry était âgé d’à peine 20 ans lorsqu’il a écrit ce premier livre consacré à la carrière de Marcel Carné. Et pourtant il fait preuve d’une grande maturité et d’une grande profondeur dans la compréhension des films de la première période, la plus riche, de Carné.

Ainsi plus de 55 ans après sa parution il s’agit toujours de l’un des ouvrages les plus importants dédié à Carné. C’est la raison pour laquelle il nous apparaît important de lui donner une seconde vie en mettant en ligne l’intégralité de cet ouvrage.
En effet, Les Editions Jacques Vautrain ayant fait faillite dans les années 50, il y a peu de chances que cet ouvrage soit réédité un jour malheureusement.

Nous avons mis en ligne, en accord avec Bernard-G Landry, les 6 chapitres de ce livre à raison de deux chapitres par mois à partir du 18 août 2008, date anniversaire de la naissance de Marcel Carné et ce jusqu’au 31 octobre 2008 date du 102° anniversaire de son décès.

D’ailleurs lors d’une interview avec le professeur Edward Turk en 1980 (dont vous pouvez lire et écouter de larges extraits ici), Marcel Carné avouait que c’était le livre « le plus personnel et percutant » que l’on ait écrit sur lui. Voici l’extrait inédit de cet interview :

Ecoutez l’extrait de cette interview (cliquez sur la flèche verte) :

Edward Turk : A propos de critiques, est-ce qu’il y a eu un critique qui a vraiment saisi le sens de votre oeuvre ? À mon avis le livre de Queval n’est pas bon.
Marcel Carné : Ah ! vous savez que j’ai refusé le livre de Queval ? Il y a un éditeur qui s’appelait Jacques Vautrin qui m’a dit « voilà, je veux faire un livre sur vous et j’ai pensé à Jacques Queval, est-ce que vous êtes d’accord ? » Je ne le connaissais pas du tout donc je pouvais pas me permettre de penser quoique que ce soit, donc j’ai répondu qu’il commence à écrire le livre, puis je le lirais et je vous dirai ce que j’en pense. Donc il a commencé et m’a montré des pages et quand j’ai vu ce que c’était j’ai dit à l’éditeur « je suis pas d’accord ! » et il m’a répondu « mais je ne ferais pas un livre sur vous sans que vous soyez d’accord sur l’auteur que j’aurais choisi ». Et il y a eu un garçon qui s’appelait Bernard Landry qui a fait un livre merveilleux car c’est le plus personnel, le plus percutant qu’on ait fait sur moi.

Signalons que par la suite Bernard-G Landry deviendra scénariste (notamment dans les années 70 pour le réalisateur Roger Coggio), syndicaliste et surtout romancier.

Il a été l’un des fondateurs de la maison d’édition indépendante Le Temps des Cerises.

 

Publier un commentaire

Votre email n'est jamais diffusé. Les champs obligatoires sont identifiés par *

*
*

*

This site is protected by WP-CopyRightPro