accueil

“Les films de Carné corroborent la vision baudelairienne selon laquelle chagrin et mélancolie sont les composantes fondamentales de l’art.

Ils confirment que les sentiments de perte, d’exil et d’impuissance peuvent engendrer des oeuvres d’une beauté profonde.”

Edward Baron Turk – Marcel Carne Et L’age D’or Du Cinema Francais – 1929-1945 – L’Harmattan, 2002

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.