Généalogie de Marcel Carné

 

GENEALOGIE de MARCEL CARNE

L’un des cinéastes français les plus connus, Marcel Carné est aussi l’un de ceux dont on sait le moins de choses.

Sa vie personnelle est fort peu documentée et lorsque l’on s’interesse plus spécifiquement à sa généalogie, qui était ses parents ? d’où étaient-ils originaires ? il est quasiment impossible de la retracer.

L’on doit à l’universitaire américain Edward Turk le privilège d’avoir été le premier à faire des recherches concernant la date de naissance de Marcel Carné à Paris dans les années 80. Grâce à lui, nous avons la confirmation depuis 1989 (et la parution de son livre Marcel Carné and the Golden Age of French Cinema) que Marcel Carné est bien né le 18 août 1906 à 17 heures (5 p.m) à Paris. C’est un fait attesté d’après les Minutes des actes de naissances du dix-septième arrondissement, consultable à la mairie, rue des Batignolles.

Nous apprenons dans ce livre que le père de Marcel Carné s’appelait Paul, qu’il était menuisier au faubourg Saint-Antoine près de Bastille. Que la famille Carné habitait un appartement près du square des Batignolles dans le dix-septième arrondissement de Paris et que sa mère, Marie, est morte à 25 ans alors que son unique fils, Marcel Carné, avait 5 ans. Son père en avait 31.

Etant donné la vie dissolue qu’il mena par la suite, la grand-mère et la tante paternelle de Marcel Carné vont le prendre en charge à partir de maintenant. C’est en fouillant dans un numéro de Cinémagazine en 1929 que l’on retrouve un article de Marcel Carné avec son adresse : 7 rue des Moines qui se trouve bien dans le 17°arrondissement de Paris. Notons que l’ironie de l’histoire veut que le 7 rue des Moines se trouve à l’angle de la rue Truffaut (n°75) !!!

C’est tout ce que nous sauront sur la famille Carné étant donné que personne en France n’a eu l’idée de consacrer une biographie digne de ce nom à ce cinéaste dont les films font partie du patrimoine cinématographique français et mondial. On pense à ces biographies qui font l’unanimité comme celle qu’Yves Courrière a consacré à Jacques Prévert ou celle d’André Brunelin pour Jean Gabin par exemple.

Bref, il faut principalement se référer à l’article paru dans le magazine Généalogie Magazine (n°162 – juillet/août 1997) pour enfin en savoir plus.

Cet article a été écrit par Madame Myriam Provence.

Du coté Paternel : Le grand-père de Marcel Carné s’appelait Michel Carné, cultivateur au hameau des Carnés, Arleuf près de Chateau-Chinon (58430). Il a épousé à 27 ans à Arleuf, dans la Nièvre, le 08 juin 1872, Annette Jeanne Crance, qui avait 20 ans. C’est elle qui a élevé Marcel Carné à la mort de Véronique, la mère de celui-ci.

Ils eurent trois enfants : Alexis (né le 31 aout 1873 à Arleuf) c’était le parrain de Marcel Carné, Marcelin Paul (né le 18 juin 1881 à Arleuf) le père de Marcel Carné et Marguerite Jeanne (née à Paris le 11 janvier 1890 à Paris 17°).

Marguerite resta célibataire et c’est elle qui éleva Marcel Carné avec sa mère, Jeanne donc, à partir de 1911. C’est Marguerite que l’on aperçoit furtivement en chanteuse de rues dans le court-métrage de Carné : Nogent, Eldorado du Dimanche.

La Tante Marguerite

Michel Carné devint employé du Chemin de fer lorsqu’il monta à Paris. Il est mort le 12 mars 1919 à Paris, tout comme sa femme, Jeanne, décédé le 16 décembre 1936 à l’âge de 84 ans.

Du coté Maternel : Le grand-père de Marcel Carné s’appelait Joseph Marie Racouët, charpentier à Peillac (56220). Il s’est marié le 11 avril 1877 avec Anne Marie Urien à Plumieux (22210) dans les Côtes d’Armor en Bretagne. Ils eurent douze enfants dont Véronique Marie Françoise Racouët, la mère de Marcel Carné, était la cadette (née le 08 mars 1880 à Noyal Muzillac dans le Morbihan).

Joseph Racouët est décédé entre 1906 et 1911 à Plumieux comme sa femme Anne Marie morte elle en 1921. Ce qui signifie que leur fille Véronique, la mère de Carné, est monté seule à Paris. Elle deviendra domestique. Paul Carné, ébéniste, et Véronique Racouët, domestique, se sont mariés le 13 janvier 1906 à Paris et c’est 8 mois plus tard qu’est né Marcel Carné, leur fils unique, le 18 août 1906 donc.

Paul Carné est mort le 16 décembre 1944, Véronique Racouët le 11 octobre 1911.

– MIS A JOUR –

Selon les informations de Guillaume Christophe-Huart qui s’occupe de la généalogie de la famille Crance-Carné, nous apprenons que Paul Carné s’était remarié avec Emilie Sinègre le 02 septembre 1922 à Paris. La belle-mère de Marcel Carné serait décédée le 22 novembre 1943 dans l’Eure à Tournedos sur Seine. Elle était blanchisseuse et avait 66 ans.

Quant à Paul Carné, il est décédé le 16 décembre 1944 (pendant le tournage des Enfants du Paradis) à Paris au 161 rue de Charonne. Il avait 63 ans.

Marguerite Carné est décédée le 28 mai 1958 à Paris au 7 rue des Moines où elle habitait toujours. Elle avait 68 ans.

***

Vous pouvez cliquer sur les scans suivants pour les voir en meilleure qualité. Copyright Généalogie magazine.

 

Pour finir, grâce à un message de Pascal Sinègre, de la famille d’Emilie Sinégre, nous apprenons que « dans le caveau familial du cimetière communal de Saint Ouen situé division 14 – 1ère ouest – n°19 sont enterrés : Jeanne Annette Crance–Carné, la grand-mère paternel de Marcel Carné, inhumée le 19 décembre 1936; Paul Carné, son père (inhumé le 20 décembre 1944); Emilie Sinegre, sa belle-mère (inhumée le 10 juin 1948); Alexis Carné, son oncle (inhumé le 18 juin 1948); Marguerite Carné, sa tante qui l’a élevé (inhumée le 31 mai 1958). »

LIENS

La page sur la généalogie de Marcel Carné par Guillaume Christophe-Huart.
La page généalogique de son père Paul Carné par Guillaume Christophe-Huart.
La page généalogique de sa tante Marguerite par Guillaume Christophe-Huart.
La page des Editions Christian qui publie le magazine Généalogie magazine.
La page de Sylvie Augendre sur la généalogie de Marcel Carné.
Situer le 07 rue des moines à Paris grâce à Google Maps.
Situer Arleuf d’où est originaire le père de Marcel Carné grâce à Google Maps.
Situer Plumieux d’où est originaire la mère de Marcel Carné grâce à Google Maps.
La page de Myriam Provence.

Haut de page

Un Commentaire

  1. Mymy
    Publié le 28 septembre 2015 à 21 h 29 min | Permalien

    Merci pour ces précisions.

Publier un commentaire

Votre email n'est jamais diffusé. Les champs obligatoires sont identifiés par *

*
*
*

This site is protected by WP-CopyRightPro