« Carné, vous avez dit Carné » (J-D Bonan – 1994)

 

Carné, vous avez dit Carné, de Jean-Denis Bonan – 1994

Ce documentaire est le second d’une série de trois inclus dans l’Edition collector double DVD édité par MK2 d’Hôtel du Nord en Octobre 2006. Vous pouvez vous rendre aux pages spéciales qui leur sont consacrés en cliquant sur leurs titres respectifs.

Marcel Carné, ma vie à l’écran, de Jean-Denis Bonan – 1994
Marcel Carné, fragments et anecdotes, de Variety Moszynski – 1994

Jean-Denis Bonan est un réalisateur de documentaires qui a beaucoup travaillé pour la chaine Arte. Il a notamment réalisé des documentaires remarqués sur Saint-John Perse (1995), ou Méditerranée, miroir du monde (1997) et plus récemment sur Léopold Sedar Senghor (2006). C’est aussi un plasticien comme nous le montre ce lien.

——————————————————–

 

Carné, vous avez dit Carné, de Jean-Denis Bonan (30’13) – 1994

Ce deuxième documentaire complète le premier en donnant la parole à deux « spécialistes » de Carné et à certains comédiens et collaborateurs du réalisateur.

 

François Forestier, journaliste au Nouvel Observateur, s’en sort plutôt bien en insistant sur le fait que de « Drôle de Drame » aux « Enfants du Paradis« , Carné a accumulé une suite inégalable de chefs d’oeuvres avec des sources d’inspiration différentes, cas quasi unique dans l’histoire du cinéma.

 

Nous rajouterons qu’il faut avoir à l’esprit que Carné les a tous filmés dans un espace de huit ans alors qu’il était âgé de trente et un ans à l’époque de « Drôle de Drame » et de trente-neuf au moment de la sortie des « Enfants du Paradis » !! Quel réalisateur au monde peut se targuer d’un tel exploit ?

 

Jean-Pierre Jeancolas est quant à lui un historien reconnu, spécialiste du cinéma français des années 30. À ce titre, il affirme qu’il y a « un goût Carné, une plastique Carné, une esthétique Carné et que par conséquent Carné est bien évidemment un auteur » réponse à certains critiques qui soutiennent que Carné n’était qu’un simple metteur en image des scénarios de Prévert (sous-entendu n’importe quel tâcheron avec la même équipe et le même scénario en aurait fait autant).

 

Jeancolas met en valeur l’influence de ces chef opérateurs berlinois qui ont fuit le nazisme (Curt Courant avec « Le Jour se lève », Eugen Shufftan avec « Quai des Brumes » sur la lumière (noire, anguleuse) caractéristique du « réalisme poétique » de Carné… ou plutôt faudrait-il dire «  fantastique social » terme que lui préfère Carné d’après Mac Orlan.

 

On y croise également Michèle Morgan, Annie Girardot, Jean-Pierre Aumont ou bien Jean Gabin dans une scène d’archive où il explique que Carné « a toujours tout fait pour le cinéma, jamais pour le pognon ». C’est un fait rarement souligné que Carné, s’il a tourné peu par rapport à un Duvivier (qui avait il est vrai débuté plut tôt) n’a quasi jamais réalisé de films de commandes à des fins financières ce qui donne à sa carrière une certaine cohérence et une certaine intégrité.

 

 

 

Bien sûr certains de ses films sont inégaux, souffrant d’erreurs de casting ou d’un traitement cinématographique parfois académique, mais il est indéniable que Carné est toujours resté fidèle à ses valeurs et à sa sensibilité proche du peuple, de ses origines de fils d’ébéniste.

 

Le documentaire se poursuit avec le témoignage du chef opérateur Henri Alekan qui insiste sur le souci que Carné apportait à la composition du cadre plus qu’à la lumière où il laissait là une plus grande liberté à ses chef opérateurs. Alekan avoue que Carné était très exigeant, très dur sur le plateau, mais le résultat à l’image lui fait avouer « qu’au fond, il avait raison ». Alekan était assistant sur « Drôle de Drame », « Quai des Brumes » avant d’être le directeur de la photo de « La Marie du Port » (1950) et surtout « Juliette ou la clef des songes » (1951), le film préféré de Carné, l’un de ses plus beaux.

 

Ce documentaire a été filmé en 1994 deux ans avant la mort de Marcel Carné.

 

Haut de page

3 Commentaires

  1. bonan
    Publié le 28 novembre 2010 à 22 h 57 min | Permalien

    j’aimerai bien, étant l’auteur et réalisateur de ces films avoir au moins un DVD de cette édition.

    Merci

  2. BONAN Jean-Denis
    Publié le 20 novembre 2012 à 17 h 16 min | Permalien

    Le documentaire CARNÉ MA VIE À L’ÉCRAN dont je suis le réalisateur a été massavré à mon insu lors de sa mise en circumation sur DVD

  3. webmaster
    Publié le 20 novembre 2012 à 18 h 49 min | Permalien

    Je ferais bien sur une rectification sur cette page quand j’aurais une copie de votre version. Heureusement que vous en avez une !

Publier un commentaire

Votre email n'est jamais diffusé. Les champs obligatoires sont identifiés par *

*
*

*

This site is protected by WP-CopyRightPro