Liste des projets avortés de Marcel Carné


Marcel Carné – les projets avortés de films

Cette liste est empruntée à l’édition définitive des mémoires de Marcel Carné paru aux Editions de l’Archipel en 1996 sous le titre de « Ma Vie A Belles Dents« 

(Projets esquissés ou imposés pour certains, ou au contraire pour d’autres portés longtemps, travaillés, retravaillés puis abandonnés à regret. Ils sont, dans tous les cas, significatifs.)

1937 – L’ÎLE DES ENFANTS PERDUS
un scénario et des dialogues de Jacques Prévert, avec Danielle Darrieux.
Repris plus tard sous un autre titre : LA FLEUR DE L’AGE.

1939 – LA RUE DES VERTUS sur un scénario de Jacques Prévert.
ÉCOLE COMMUNALE avec Henri Jeanson, Pierre Prévert, Maurice Jaubert, Alexandre Trauner.
Interprètes prévus : Arletty, Andrex, Pierre Renoir, Corinne Luchaire et deux cents gosses.
Pour le producteur Arnold Pressburger.
LE FACTEUR SONNE TOUJOURS DEUX FOIS.
Interprètes prévus : Jean Gabin, Michel Simon, Viviane Romance.
(Un peu plus tard, Pierre Chenal tournera le film avec Fernand Gravey, Michel Simon et Corinne Luchaire.)

1941 – LES ÉVADÉS DE L’AN 4000, d’après le roman de Jacques Spitz.
Adaptation : Jacques Viot. Dialogues : Jean Anouilh. Musique : Arthur Honegger.
Avec Jean Marais, Danielle Darrieux, Arletty, Pierre Renoir, Pierre Larquey…
Décors : Andrejew et André Challiez.
LES BOTTES DE SEPT LIEUES d’après une nouvelle de Marcel Aymé, extraite du Passe-Muraille
. Ces deux projets pour la Continental.

1942 – JULIETTE OU LA CLEF DES SONGES, pièce de Georges Neveux.
Adaptation : Jacques Viot et Marcel Carné. Musique : Henri Sauguet. Images : Roger Hubert.
Dialogues : Jean Cocteau. Décors et costumes : Christian Bérard. Production : André Paulvé.
Avec : Jean Marais, Micheline Presle, Michel Simon, Alain Cuny…
NANA, d’après Émile Zola.
MILORD L’ARSOUILLE pour Pierre Brasseur ou Jules Berry.

1943 – JOUR DE SORTIE avec Jacques Prévert, Alexandre Trauner, Philippe Agostini, Joseph Kosma.
Avec : Arletty, Pierre Brasseur, L.Salou

1945 – MARY POPPINS (avec Jacques Prévert).
Reprise de JOUR DE SORTIE sous le titre LA LANTERNE MAGIQUE, une histoire à moitié dans la réalité, à moitié dans le rêve (celui-ci en couleurs). Photo : Philippe Agostini. Musique : Joseph Kosma.
Décors : Alexandre Trauner. Avec : Arletty, Louis Salou, Pierre Brasseur.
L’OMBRE, d’après Hans Andersen.
LE MASQUE DE LA MORT ROUGE d’Edgar Poe, adapté avec Jacques Prévert. En couleurs.
Il sera question du même sujet au début des années 60, à propos d’un projet d’argument de ballet de Jacques Prévert pour Ludmilla Tchérina, filmé par Marcel Carné dans un film comportant trois séquences dansées. Mais Raymond Rouleau, un des trois réalisateurs, développe sa partie au point qu’elle élimine les deux autres. Ce sera LES AMANTS DE TERUEL (1961-1962).

1946/47 – CANDIDE d’après Voltaire, en couleurs.
Production : Tramichel (qui meurt accidentellement juste avant de signer).
Avec : Gérard Philipe et Louis Jouvet en Pangloss.
LA FLEUR DE L’AGE interrompu en cours de tournage. Scenario et dialogue : Jacques Prévert, Opérateur : Roger Hubert, Musique : Joseph Kosma Décor : Alexandre Trauner. Avec : Serge Reggiani, Arletty, Anouk Aimée, Paul Meurisse, Martine Carol, Carette…

1948 – LE CHÂTEAU de Franz Kafka. Adaptation : Marcel Carné et Jean Ferry (pour Universalia, Rome).
LE BARRAGE D’ARVILLARS de Thyde Monnier. Adaptation : Cesare Zavattini et Jacques Sigurd.
Construction d’un barrage dans une vallée alpine. Pour Gérard Philipe et Serge Reggiani.
Après divers avatars, cela donne plus tard LA MEILLEURE PART d’ Yves Allégret avec Gérard Philipe.
LE SOLEIL NOIR (reprise des ÉVADÉS DE L’AN 4000). Un scénario original de Jean Anouilh.
EURYDICE de Jean Anouilh, devenu L’ESPACE D’UN MATIN. Adaptation : Jacques Viot.
Dialogues additionnels : Georges Neveux. Pour le producteur italien Salvo d’Angelo (Universalia).
Décors : Christian Bérard et G. Wakhévitch. Photo : Philippe Agostini.
Avec : Gérard Philipe (ou Michel Auclair) et Michèle Morgan, Paul Meurisse, Michel Simon, Françoise Rosay, Claude Romain…

1951 – LA REINE MARGOT. Scénario : Jacques Viot. Dialogues : Gabriel Arout.
Anna Magnani est pressentie pour le rôle de Catherine de Médicis.
Trois ans plus tard, Jean Dréville tournera un film sur le même thème.

1955 – LES HAUTS MURS, d’après Auguste Le Breton, refusé par le coproducteur italien.
LES PRISONNIERS. Scénario original d’Auguste Le Breton, avec la collaboration de Georges Arnaud, puis de René Wheeler. Projet plusieurs fois, repris dans les années qui suivent, sous des titres différents : L’EVASION, LES FAUVES. Inspiré du tremblement de terre d’Orléansville : après un séisme, la prison est détruite, les détenus se répandent dans la ville…
Acteurs prévus : Roland Lesaffre et Anthony Quinn, trop exigeant alors.

1957 – LES BALADINS/SAINT-BARTHÉLEMY, sur une idée de Jean Grémillon.
Une troupe de commedia dell’arte à la Cour des Valois, au moment du grand massacre perpétré contre les protestants. Projet en couleurs. Avec Charles Spaak au scénario, pour Alexandre Mnouchkine qui trouve cela trop cher et demande autre chose : ce sera LES TRICHEURS, refusé par lui mais accepté ailleurs.

1958 – LE REPOS DU GUERRIER, d’après le livre de Christiane Rochefort, proposé aux frères Hakim.

1959 – Reprise des PRISONNIERS. Cette fois, c’est Jacques Charrier qui demande trop cher.

1960 – LES DIMANCHES DE VILLE-D’AVRAY de Bernard Eschassériaux, pour Raymond Hakim, que la violence du sujet effraiera. Serge Bourguignon tire peu après un film très édulcoré du même livre.

1961 – Version moderne de LA DAME AUX CAMELIAS (roman) pour Claudia Cardinale et Jacques Charrier, adaptée par Jacques Sigurd. Une coproduction hongroise,
GERMINAL, d’après Émile Zola, projet très avancé. Avec Laurent Terzieff et Maximilian Schell.
Yves Allégret le tournera ensuite.
VAUTRIN avec Jack Palance.
CHÉRI-BIBI avec Lino Ventura.

1963 – LA DAME AUX CAMELIAS devient LE TEMPS D’UN AMOUR pour les Hakim, avec Jacques Charrier et Jeanne Moreau, que Marcel Carné refuse.
NIJINSKY Un film sur Diaghilev et Nijinski, pour un producteur anglais. Avec Orson Welles et Rudolf Noureev.
Le projet s’arrête quand les Soviétiques refusent à Noureev l’autorisation de tourner en URSS.

1964 – LA DAME AUX CAMELIAS, pour Zanuck-Fox Europa cette fois, avec Irina Demick et, toujours, Jacques Charrier.
LA ROUTE DE SALINA avec Jean-Paul Belmondo et Hardy Kruger.
Georges Lautner tournera le film plus tard, avec Mimsy Farmer, Robert Walker et Rita Hayworth.
LA CÉRÉMONIE, roman de Frédéric Grendel dont, en Grande-Bretagne, Laurence Harvey tirera un film.
LA PERMISSION, d’après le roman de Daniel Anselme sur la guerre d’Algérie.

1965 – LE GARÇON DE LA PLACE D’ESPAGNE à Rome pour un producteur italien, Aldo Calamara.

1972 – DRUGSTORE, roman de René Masson.

1975 – Trois sujets pour Jean Gabin : l’adaptation d’un Simenon : TAXI DE NUIT, roman de Serge Groussard ;
LA PUISSANCE ET L’ARGENT, scénario de Didier Decoin.

1983 – Pour la productrice Paule Sengissen, Marcel Carné pense adapter LES PIEDS DANS LE PLAT de René Crevel.

1985/89 – LES CHEVAUX MASQUÉS d’après le roman d’Henri-François Rey, adapté par lui-même et Marcel Carné.
DIEU AU BOUT DES DOIGTS, un sujet sur la drogue, d’après le roman de Pierre Seurat.

Reprise de TAXI DE NUIT et de LA PUISSANCE ET L’ARGENT (sous le titre LE CHÊNE FOUDROYE).
MOUCHE d’après Guy de Maupassant, adapté par Didier Decoin et Marcel Carné.
Interprète prévue : Juliette Binoche. Autre titre : LE BEL ÉTÉ.


Haut de page


Share

Publier un commentaire

Votre email n'est jamais diffusé. Les champs obligatoires sont identifiés par *

*
*

*

This site is protected by WP-CopyRightPro