le dossier de presse promotionnel


DU MOURON POUR LES PETITS OISEAUX (1963)
le dossier de presse promotionnel

Vous pouvez lire le scénario accompagnant ce dossier de presse par ce lien direct.
Ce dossier est composé de 8 pages dépliantes recto-verso au format 32×24 dont la maquette a été créé par JC Labret (publicité Cerruti).

Voici les photos illustrant ce dossier de presse promotionnel Du Mouron Pour Les Petits Oiseaux
sorti en 1963.














Haut de page


Scénario Du Mouron Pour Les Petits Oiseaux
– Attention ce scénario dévoile quelques clefs (spoilers) de l’intrigue –


Il est respectable et distant. C’est le propriétaire de l’immeuble.
Nul ne soupçonne qu’il vit sur ses gardes, un revolver à portée de la main. C’est que M. Armand est un ancien truand. Et s’il élève des canaris avec infiniment de soins, il veille avec plus de précautions encore sur un magot de billets de banque qu’il aurait dû partager avec Victor, un complice qui a eu la malchance de se faire pincer par la police.

Les locataires sont sans histoire. Le boucher, sa femme et son commis débitent leurs quartiers de viande ; Mlle Pain, l’aristocrate presque centenaire ne quitte plus son fauteuil roulant ; l’illuminé du deuxième étage recueille avec ferveur les chats perdus du quartier ; la concierge, Mme Communal s’active chaque jour à ses besognes rituelles ; quant à Lucie, la jolie blonde du troisième, nul ne sait qu’elle a une profession particulière : elle vend des cigarettes dans une boîte de nuit.

Rien ne semble jamais devoir rapprocher Lucie de l’austère M. Armand. Mais le hasard se moque des convenances et des habitudes prises. Lucie est une femme légère. Mais par nécessité. Elle vendrait son âme pour Renato, le beau Napolitain indolent qui rêve d’aller épater sa mamma au volant d’une voiture de sport. Si Lucie a une discrète aventure avec le boucher, c’est que ce dernier est prêt à payer ses charmes au meilleur prix. Au prix d’une voiture de sport.

Si la bouchère n’avait pas fait de scandale en allant gifler Lucie, si Mlle Pain n’était pas morte brusquement, la quiétude de l’immeuble n’aurait pas été troublée. Et la belle tranquillité de M. Armand ne se serait pas envolée. Car un malheur n’arrive jamais seul.

Un qui est surpris de retrouver M. Armand dans la peau d’un honorable propriétaire, c’est l’inspecteur qui enquête distraitement sur la mort de Mlle Pain. En même temps, Lucie découvre que M. Armand est assez riche pour lui permettre de réaliser le rêve de Renato. Lucie fait un irrésistible numéro de charme. Et M. Armand succombe.

Que dirait-elle d’un petit voyage sur la Côte d’Azur ? Victor a ressurgi. L’air de Paris est momentanément malsain pour M. Armand. Il emporte des disques dans une grande boîte à chocolats et, bien sûr, le magot dans une mallette soigneusement fermée à clé.

M. Armand ne s’est pas assez méfié de Lucie. Lui toujours sur ses gardes, se fait joliment posséder : à une station-service, il a suivi le pompiste qui n’avait pas de monnaie. Et Lucie a démarré en trombe. Il est éberlué, M. Armand.

Le hasard, qui fait toutes choses à sa fantaisie, n’a pas dit son dernier mot. Et la plus mauvaise surprise est encore pour cette pauvre Lucie.

MATERIEL DE PUBLICITE

1 Affiche 240×320
1 Affiche 120×160
1 Affichette 60×80
1 Jeu de photos noires 24×30
1 Jeu de clichés 30, 50, 100 lignes


Haut de page


Share

Publier un commentaire

Votre email n'est jamais diffusé. Les champs obligatoires sont identifiés par *

*
*

*

This site is protected by WP-CopyRightPro