fiche technique / synopsis / revue de presse

 

DU MOURON POUR LES PETITS OISEAUX (1963)

Fiche TechniqueSynopsisRevue de PresseAffiches –  LiensL’extrait avec Dany Logan (Dailymotion)

DU MOURON POUR LES PETITS OISEAUX est un film à part dans la filmographie de Marcel Carné. Adapté d’un roman de Simonin, le producteur Jules Borkon a d’abord envisagé de prendre comme réalisateur Georges Franju avant de persuader Carné d’en faire une adaptation burlesque.
Celui-ci, qui sortait de l’échec de divers projets avortés comme Les Dimanches de Ville d’Avray, Germinal, La Dame aux Camelias/Le Temps d’un Amour et Vautrin, se laissa amadouer.

Film mineur il est vrai, le film est attachant grâce à une galerie de personnages aussi farfelus les uns que les autres où l’histoire, du pure vaudeville, importe peu. Les dialogues de Jacques Sigurd (très décriés à l’époque) sont souvent savoureux, il faut dire qu’ils sont prononcés par des as du genre : Jean Richard le boucher, Suzy Delair son épouse, Paul Meurisse le truand, Suzanne Gabriello la concierge, Roland Lesaffre le mystique dingo, Jeanne Fuzier-Gir la vieille malicieuse et Dany Saval la ravissante idiote. On y trouve même Dany Logan, le chanteur des fameux Pirates, dans son premier rôle au cinéma.

Bref, DU MOURON POUR LES PETITS OISEAUX est une comédie familiale légère et populaire qui vaut nombre de films du type, les Darry Cowl, les Robert Lamoureux etc… Si vous n’en demandez pas plus, ce divertissement vous fera passer un bon moment. Et c’est déjà pas si mal !
Pour un film mémorable, il faudra attendre le suivant : Trois Chambres à Manhattan.

Du mouron pour les petits oiseaux est disponible en DVD dans la collection Gaumont à la demande ici.

MIS A JOUR 30 mars 2015 :

Du mouron pour les petits oiseaux vient de ressortir dans une autre édition restaurée en Blu-ray chez Gaumont.

la fiche technique est à lire sur le site www.dvdfr.com et le test du blu-ray (qui comporte un problème de contraste) est à lire sur le site retro-hd.com.

Ayant collaboré au bonus de cette édition, nous nous garderons de toute critique par souci déontologique.

 

FICHE TECHNIQUE

Scénario : d’après le roman d’Albert Simonin.
Adaptation : Marcel Carné et Jacques Sigurd.
Dialogues : Jacques Sigurd.
Images : Jacques Natteau.
Décors : Jacques Saulnier.
Son : William Sivel.
Montage : Albert Jurgenson.
Musique : Georges Garvarentz et Charles Aznavour.
Assistant réalisateur : Jacques Corbel.
Interprètes : Dany Saval (Lucie), Paul Meurisse (Armand), Suzy Delair (Antoinette), Jean Richard (Louis), Dany Logan (Jojo), Suzanne Gabriello (Mme Communal), Roland Lesaffre (le Siphonné), Franco Citti (Renato), Robert Dalban (l’inspecteur), Jeanne Fusier-Gir (Mlle Pain), Jean-Marie Proslier (Albin, le coiffeur), Jean Parédès (M. de Fleurville), Joëlle Bernard (Gladys), Alfonso Mathis (le barman), France Anglade (la serveuse), Pierre Duncan, Sophie Destrade.
Production : CICC (Raymond Borderie), Champs-Élysées Productions/Paris ; Variety Films/Rome, pour Jules Borkon.
Sortie : 15 février 1963.
Durée : 91 minutes.

Haut de page

SYNOPSIS

La vie quotidienne d’un petit immeuble bourgeois de la Contrescarpe et de ses locataires, tous des personnages riches en couleur: un gangster sur le retour, respectable et distant, propriétaire de l’immeuble; une aristocrate presque centenaire, une fille de petit vertu, un doux illuminé qui finira par s’engager à l’Armée du Salut, un boucher et sa femme et leur commis, avec bien entendu…une concierge.

Haut de page

REVUE DE PRESSE

CINÉMA 63, avril 1963, n° 75 (Marcel Martin)
…cette histoire d’un truand « rangé des voitures » qui élève des oiseaux en attendant de pouvoir jouir tranquillement du magot qu’il a tiré d’un « fric frac et qui se fait posséder » par une petite grue qui ne profite d’ailleurs pas du magot, cette histoire est l’occasion d’une série de portraits assez bien venus et à ce titre tout l’intérêt du film réside dans l’interprétation. En tête, il faut placer Paul Meurisse, absolument sensationnel de drôlerie, même après ses deux excellentes créations du « Monocle » : il met en oeuvre un trésor de mimiques faciales et gestuelles particulièrement savoureuses. Suzanne Gabriello fait une création éblouissante dans le rôle d’une concierge bourrue et bon coeur, jeune et spirituelle : un personnage d’une vérité et d’une originalité étonnantes, et comme on aimerait en voir souvent dans le cinéma français. Dany Saval interprète un personnage de gourde qui lui va si merveilleusement qu’on se pose des questions… Le reste est nul et non avenu. Comique laborieux, situation rebattues, dialogues insupportablement plats.

Haut de page

AFFICHES

 

L’affiche originale Italienne (200×140 cm)
Dessin de Renato CASARO

– Collection Nicolas Ruet

Haut de page

 

LIENS

1 – La page consacrée au film sur le site incontournable DVDTOILE.
2 – Une photo du tournage au restaurant « l’Aventura » sur les Champs-Elysées sur le site du scuplteur Christian Thomas .

 

Ci-dessus, la couverture de l’hebdomadaire des professionnels du cinéma, La Cinématographie Française, n°1993 du 08 décembre 1962.
Dans ce même numéro on y trouve cette publicité :

 

Haut de page

EXTRAIT AVEC DANY LOGAN (Dailymotion)

Haut de page

3 Trackbacks

  1. […] fiche technique / synopsis / revue de presse […]

  2. […] ailleurs, Du mouron pour les petits oiseaux est un film de Marcel Carné, adapté d'un roman d'Albert […]

  3. […] fiche technique / synopsis / revue de presse […]

Publier un commentaire

Votre email n'est jamais diffusé. Les champs obligatoires sont identifiés par *

*
*

*

This site is protected by WP-CopyRightPro