le dossier de presse promotionnel


TERRAIN VAGUE (1960)

Vous pouvez lire le scénario accompagnant ce dossier de presse par ce lien direct.
Ce dossier est composé de 16 pages recto-verso au format 24×31.

Voici les photos illustrant ce dossier de presse promotionnel de Terrain Vague sorti en 1960.








































Haut de page


Scénario des Tricheurs

– Attention ce scénario dévoile quelques clefs (spoilers) de l’intrigue –


En bordure d’un H.L.M. parisien s’étend un terrain vague.
Assez grand pour qu’il prenne, le soir venu, un air de mystère.
C’est là que se réfugient à leurs heures de loisir ou lorsque leur logement se trouve surpeuplé,
tous les jeunes dont les familles occupent l’énorme et triste bâtiment.

L’imagination peuplée d’illusions, tous ces jeunes se sont groupés en bandes encore inoffensives dont chacune a ses mystères, ses trésors, ses rites et ses initiations, premiers symboles de leur révolte contre les adultes.

La plus étrange est celle qui a pris refuge dans une vieille usine délabrée et dont le chef est, paradoxe, une belle fille. Elle s’appelle Dan, s’habille comme un garçon, a un « lieutenant » Lucky, doux de caractère, mais d’un comportement qui s’extériorise parfois par le goût de la bagarre. Sans qu’ils puissent ou osent l’avouer, à cause des autres, ils s’aiment.

Un jour la « bande » accepte en son sein un « nouveau ». Il est très jeune, on l’a surnommé « Babar« . Il est heureux de se soumettre aux rites d’initiations sous l’oeil sarcastique du « Bourreau » et du « Râleur » car au fond de lui-même il a une profonde admiration pour Dan.

Les adolescent vivent en marge de la société, bien qu’ils ne soient pas des bandits. Ils sont surtout désorientés parce que, personne, profondément, ne s’occupe d’eux. Ils ont constitué un trésor qui comporte d’innombrables objets hétéroclites qu’ils ont apportés de chez eux, ou qu’on leur a donnés, et dont certains ont été volés. Pour eux, le repaire de la bande, c’est l’endroit où l’on peut se cacher, discuter et rêver d’avenir.

Un jour, la bande recueille le « Grand Marcel« , jeune délinquant évadé d’un Centre de Redressement. Marcel essaie d’entraîner les jeunes vers des délits beaucoup plus graves que leurs jeux innocents. Il voudrait en faire un véritable gang, mais les jeunes, Dan et Lucky en tête, résistent. Il essaie même de faire de Dan sa maîtresse, mais elle se méfie de lui, résiste et tente de l’évincer. Furieux, Marcel intrigue contre elle et réussit à l’exclure de la bande.

Il croit triompher, prépare son coup, mais se heurte à Lucky. C’est la révolte. Marcel quitte les gosses et ceux-ci furieux s’en prennent à Lucky et à Babar qu’ils traitent de « lâches » et de  » donneurs « . Ils n’ont pas raison du premier et tuent le chien du deuxième. Babar veut se réfugier auprès de Dan. Trop tard, Dan est dans les bras de Lucky. Bouleversé, désespéré, Babar court au « repaire », monte et du troisième, pour prouver qu’il est un homme, se jette dans le vide.

Les gosses se massent autour du corps inanimé de leur ancien camarade ; ils sentent confusément qu’ils viennent de vivre leur premier drame.` La bande vient d’éclater.

Dan et Lucky partent pour bâtir ensemble leur vie et Lucky deviendra le mécanicien qu’il a toujours désiré être.

Sur le terrain vague, les traces cruelles du passage de Marcel se font encore sentir pendant quelque temps. Lentement, son souvenir est oublié, et ce qui fût hier bagarres et commencement même de violences, est maintenant un centre de jeux et de rencontres entre jeunes enfants.


Haut de page


Publier un commentaire

Votre email n'est jamais diffusé. Les champs obligatoires sont identifiés par *

*
*

*

This site is protected by WP-CopyRightPro