le dossier de presse promotionnel


LES TRICHEURS (1958)

Vous pouvez lire le scénario et le texte promotionnel accompagnant ce dossier de presse par ce lien direct.
Ce dossier est composé de 4 pages recto-verso au format 31×25 dont la maquette a été créé par Pon’t (publicité DEB).

Voici les photos illustrant ce dossier de presse promotionnel des Tricheurs sorti en 1958.












Haut de page


Scénario des Tricheurs

– Attention ce scénario dévoile quelques clefs (spoilers) de l’intrigue –


Un jeune étudiant, Bob Letellier, âgé d’une vingtaine d’années, lie connaissance avec un inconnu, Alain, qu’il a surpris chez un disquaire au moment où il dérobait un microsillon. Fils d’un industriel, élevé de façon bourgeoise, Bob se laisse éblouir par l’anti­conformisme agressif de ce garçon, étudiant lui aussi, qui n’a volé ce 45 tours qu’afin d’accomplir un « acte gratuit ». Le jeune homme accompagne Alain au Café Bonaparte, à Saint-Germain-des-Prés, où les amis de ce dernier ont établi leur « Q. G. ». Une fille appartenant à la bande, Clo, invite Bob à la « surboum » qu’elle organise le soir même dans l’appartement de ses parents.


Séduit par cette aventure et désireux surtout de retrouver son nouveau compagnon, Bob se rend à cette invitation. Clo se donne à lui au cours de la nuit, et le jeune homme découvre avec ivresse l’univers de ces garçons et de ces filles qui s’abandonnent avec frénésie à une vision négative de la vie. Durant la même nuit, Bob fait la connaissance d’une autre jeune fille, Michèle, qui produit sur lui une profonde impression. Sensible aussi à cette rencontre, celle-ci lui téléphone dès le lendemain pour qu’il vienne la rejoindre dans la chambre qu’elle sous-loue dans le quartier du Luxembourg.


Les jeunes gens éprouvent l’un pour l’autre un amour véritable.
Cependant, prisonniers de leurs personnages, de la comédie qu’ils se jouent à eux-mêmes comme aux autres, refusant de trahir leurs convictions et d’admettre que leur désespoir peut être vain, ils préfèrent feindre le détachement, l’indifférence même, et se font inutilement mal. Leur désaccord s’aggrave quand le destin les place en face d’un problème dont Bob mesure la gravité alors que Michèle n’y voit qu’un « risque excitant » : gagner six cent mille francs (la somme qui permettrait à la jeune fille d’acquérir la voiture de ses rêves…) en se livrant à la place d’un autre à des manoeuvres de chantage. S’imaginant que Bob n’a pas l’audace d’accomplir cette entreprise, alors qu’il a, en réalité, décidé d’agir seul, Michèle devient par dépit la maîtresse d’Alain. C’est seulement en comprenant son erreur – lorsqu’il la rejoint dans l’atelier même d’Alain pour lui apporter l’argent – qu’elle mesure l’étendue de son amour pour Bob. Mais il est trop tard, et elle ne peut retenir le jeune homme qui la quitte en lui abandonnant les six cent mille francs…


Tout deux se retrouvent à l’occasion d’une nouvelle « sur­boum » donnée par Clo.
L’orgueil, et comme auparavant leur culte du désespoir, les incitent à se mentir de nouveau, à simuler toujours l’indifférence. Incapable de supporter jusqu’au bout cette épreuve, Michèle s’enfuit cependant. Bob cherchera en vain à rejoindre la jeune fille, partie au volant de « sa » voiture, et assistera, impuissant, à sa mort, après un effroyable accident.


Haut de page


Texte promotionnel des Tricheurs

ECHOS

Pendant la plus importante des « sur­boums » organisées au studio de Joinville pour une séquence du nouveau film de Marcel Carné « LES TRICHEURS » on a distribué aux 150 figurants de la surprise partie du vrai whisky, ainsi qu’aux principaux interprètes Andréa Parisy, Pascale Petit, Laurent Terzieff et Jacques Charrier. Histoire de créer l’ambiance.
Résultat: trop d’ambiance. Il a fallu recommencer, cette fois à l’eau colorée.

« LES TRICHEURS » PAIENT LEUR FRAUDE

Dans son nouveau film « LES TRICHEURS » Marcel Carné peint une certaine jeunesse, agitée, désordonnée, avide de plaisirs, de rythmes obsédants, qui veut l’argent sans travail, le luxe sans effort. Et le vieux thème du Diable a été adapté à la vie du Paris quotidien : dans l’ambiance explosive de Saint-Germain-des-Prés les adolescents découvrent la tentation et succombent aux plus funestes mirages.

L’histoire de quelques jeunes gens et jeunes filles égarés, tricheurs devant le travail, tricheurs devant l’amour est aussi la condamnation de certains parents légers et indulgents, et par conséquent responsables des fautes de leurs enfants.

Film courageux, film cinglant, film cruel et pourtant éclairé d’un espoir final : « LES TRICHEURS » est la peinture la plus aiguë d’un nouveau mal de la jeunesse.


CARNÉ DÉCOUVREUR D’ÉTOILES

Il ne s’agit pas, pour le célèbre metteur en scène qui vient de tourner « LES TRICHEURS », d’un nouveau métier d’astronome, mais bien du don particulier qu’il a de déceler chez des inconnus ou des débutants les signes mystérieux d’un talent encore sous-jacent, en révélant chez eux, en eux, leur vraie nature d’interprète.

« LES TRICHEURS » réclamait de jeunes, très jeunes acteurs, pour la vérité des personnages et de l’action située dans les milieux estudiantins de Saint-Germain-des-Prés. Marcel Carné a voulu ainsi montrer de nouveaux visages, en les choisissant parmi des dizaines de jeunes comédiens recrutés dans des cours d’art dramatique, ou cueillis sur les scènes d’avant-garde.

Ces nouveaux talents qui ont la sincérité de leur foi et le charme de leur jeunesse s’appellent : Andréa Parisy, Pascale Petit, Jacques Charrier et Laurent Terzieff.

« LES TRICHEURS » va ainsi faire connaître au grand public ces quatre jeunes acteurs dont la vibrante personnalité, magnifiquement exploitée par Carné, sera l’un des grands atouts du film qui la consacre.


Pendant la réalisation du film « LES TRICHEURS », Marcel Carné a organisé au studio de Joinville deux surprises parties, des  » sur-boums  » authentiques, qualifiées de « sensass » par la juvénile figuration des scènes.

Voici le bilan de la deuxième  » sur-boum »: 150 jeunes gens de 14 à 20 ans ont dansé pendant douze jours ; 2.000 verres cassés ; 3 jeunes filles évanouies; 2 chevilles foulées.
Enfin une jeune danseuse est entrée violemment en contact avec une console pendant un  » be-bop » trop frénétique.

Les principaux acteurs du film : Andréa Parisy, Pascale Petit, Laurent Terzieff et Jacques Charrier n’ont pas eu le droit de se plaindre de leur fatigue.


Haut de page


PHRASES PUBLICITAIRE

* De Passy à Saint-Germain des Prés, Satan rôde en blouson de cuir et blue jeans. Méfiez-vous !
* Le mal de la jeunesse, la fureur de vivre éclatent dans « LES TRICHEURS « , le film d’une époque.
* « LES TRICHEURS », nouveau film de Marcel Carné dit tout sur une certaine jeunesse.
* Miroir d’une certaine jeunesse, plus égarée que pervertie : voici « LES TRICHEURS « .
* Coupables ou victimes ? Ce sont  » LES TRICHEURS « .
* La jeunesse a quelquefois deux visages. « LES TRICHEURS » vous révéleront la seconde face, celle de l’ombre.

MATERIEL PUBLICITAIRE

1 Affiche 120×160 procédé modèle A
1 Affiche 120×160 procédé modèle B
1 Affiche 240×160 en procédé
1 Affichette 40×80 procédé
1 Scénario
1 Jeu de 40 photos 24×30 noires
1 Jeu de 10 agrandissements 30×40 sépia
1 Film annonce
Clichés traits et similis


Haut de page


Publier un commentaire

Votre email n'est jamais diffusé. Les champs obligatoires sont identifiés par *

*
*
*

This site is protected by WP-CopyRightPro