Les Enfants du paradis en ballet à l’Opéra national de Paris (2008)

 

LES ENFANTS DU PARADIS
Le ballet à l’Opéra national de Paris du 21 octobre au 8 novembre 2008


Création mondiale/World Premiere

Chorégraphie : José Martinez
Musique : Marc-Olivier Dupin

– MIS A JOUR LE 12 MARS 2014 –

Le ballet est de retour à nouveau du 28 mai au 06 juin 2015 à l’Opéra national de Paris.

La page sur le site de l’Opéra national de Paris.

***

Du 29 juin au 15 juillet 2011, l’Opéra national de Paris a programmé à nouveau le ballet en deux actes :Les Enfants du paradis

Plus de renseignements sur la page consacrée à cet événement ou ici.

Et la page que nous avons consacré à cette reprise avec videos est à lire ici.

A noter qu’une sortie en DVD est prévue prochainement.

Surveillez notre page d’actualités ci-contre…

DistributionCommuniqué de presseRenseignements pratiquesLiens

Partant de l’idée que Les Enfants du paradis est un film qui « semble habité par la danse », la directrice de la Danse de l’Opéra national de Paris Brigitte Lefèvre a voulu initier ce projet un peu fou qui est de faire du chef-d’œuvre de Carné et Prévert un ballet contemporain.
En quelque sorte, il s’agit d’un retour à l’envoyeur, car Les Portes de la nuit, avant d’être le film que nous connaissons de Carné et Prévert, avait été un ballet créé par Jacques Prévert et chorégraphié par Roland Petit au théâtre Sarah-Bernhardt à Paris au mois de juin 1945 :
Le Rendez-Vous.

Pour relever ce défi, Brigitte Lefèvre a fait appel pour la chorégraphie au danseur étoile José Martinez.
Il est le seul danseur étoile de nationalité espagnole de l’Opéra national de Paris. Découvert dans des œuvres classiques comme Le Lac des cygnes et plus contemporaines comme Nosferatu de Jean-Claude Gallotta, il a commencé en parallèle il y a quelques années une carrière de chorégraphe, notamment avec les spectacles des élèves de l’École de danse de l’Opéra de Paris. Vous pouvez voir ici un extrait vidéo de sa première chorégraphie, Mi Favorita, sur une musique de Gaetano Donizetti en 2002.
Les Enfants du paradis est sa première grande création d’un ballet.

Pour adapter ce classique il s’est entouré de François Roussillon qui a beaucoup travaillé pour l’Opéra de Paris depuis 1999. On lui doit la réalisation des Contes d’Hoffmann en 2003, ainsi que de nombreux documentaires autour de l’Opéra. Dernièrement il a réalisé le Faust diffusé à la télévision en août 2008, en direct depuis les Chorégies d’Orange.

Sur son site internet, José Martinez explique son choix de chorégraphier Les Enfants du paradis par son envie « de développer la formidable potentialité du spectacle et de sa magie : sur la scène, côté salle, côté coulisses, le mélange troublant de la vie réelle et de l’univers scénique ; d’exploiter aussi l’opportunité de donner les représentations de ce spectacle au Palais Garnier avec son apparat, sa machinerie et ses parties publiques qui sont autant de décors presque analogues à ceux du film ».
Mais comment retranscrire simplement par la danse ce classique du cinéma français ?
« Sans chercher à illustrer la subtilité et la brillance des dialogues de Prévert, l’on peut transposer cette fresque populaire, ce poème magique sur l’amour fou, en gardant le parfum du film, ce « réalisme romantique » si cher au duo « Carné-Prévert ».

Quant à la musique, c’est Marc-Olivier Dupin qui aura la lourde tâche de succéder à Joseph Kosma et Maurice Thiriet. Cet ancien directeur général de l’Orchestre national d’Ile-de-France et actuel directeur de France Musique a une longue expérience de composition depuis une trentaine d’années. Son répertoire d’œuvres comprend aussi bien des pièces symphoniques, de la musique de chambre, des pièces vocales, des opéras également. Mais il a aussi beaucoup travaillé au théâtre avec la metteur en scène Brigitte Jaques-Wajeman. Et l’univers de Jacques Prévert ne lui est pas étranger, puisqu’en 1995 il a mis en musique des textes de Prévert pour Magali Noël. C’est également lui qui avait composé une musique originale pour Nana, le film muet de Jean Renoir (1926) pour Arte en 2002. Il s’occupe aussi de Tsipka Dripka, une société d’édition et de production musicale.

Tout comme le film est né de la collaboration entre Marcel Carné et Jacques Prévert, le travail autour de ce « ballet théâtral » a été le fruit de « beaucoup d’allers et retours » entre José Martinez et Marc-Olivier Dupin qui confie : « On travaille un bout après l’autre comme pour un montage de film. José est d’une très grande ouverture mais aussi d’une très grande exigence : il revient sans cesse au sens de chaque scène. » Ils sont donc partis du film même et ont travaillé à un découpage du ballet qui suivra le film « morceau par morceau, en restant très fidèle à l’œuvre de Prévert et Carné ». Par contre, José Martinez avoue que s’ils sont partis du film c’est « faute d’une partition déjà écrite », or on se souvient pourtant de la belle version de la suite Baptiste, jouée par l’orchestre du Capitole de Toulouse sous la direction de Michel Plasson (disponible en CD chez Emi classics) à partir de la musique du film composée par Joseph Kosma et Maurice Thiriet.

Des 3 heures 15 que dure le film, José Martinez et Marc-Olivier Dupin ont tiré un ballet de 2 heures 15 avec entracte pour 65 danseurs. Ils ont malgré tout voulu rester le plus proche du scénario de Prévert tout en s’autorisant une petite transposition. Du personnage de Frédérick Lemaître, ce grand rôle de comédien joué par Pierre Brasseur dans le film, ils ont fait un danseur virtuose, bien évidemment.

Comme pour se prémunir contre d’éventuelles critiques, José Martinez conclut sur son site : Les Enfants du paradis, devenu un film culte et connu de tous, impose certes le respect (ne pas s’écarter du scénario original et suivre les indications des auteurs), mais autorise aussi la possibilité d’adapter certaines scènes aux particularités du spectacle vivant.

Il faut bien avouer qu’adapter Les Enfants du paradis de quelque manière que ce soit est une entreprise périlleuse, tant le film est ancré dans les mémoires. Comme l’explique Brigitte Lefèvre lors de la vidéo de présentation du spectacle (disponible ici), « Ne vous attendez pas à voir la copie d’Arletty ou de Barrault ou de Pierre Brasseur, ces magnifiques artistes, ce sera une autre manière, cette espèce d’art de la danse qui permet d’évoquer, de créer tout en rendant hommage à ce monde formidable, parce que Les Enfants du paradis c’est un peu les enfants de l’École de danse qui quand ils rentrent dans cette aventure artistique et humaine regardent forcément vers les étoiles, peut-être vers le paradis ? Et puis aussi à vous,  public, et je pense à ceux qui ont peut-être vu pour la première fois et qui continuent à voir les spectacles tout en haut, donc on peut dire « poulailler », mais le fait que ce soit Les Enfants du paradis, c’est quand même plus poétique et plus adapté. »

 

P.S.
Les extraits cités proviennent d’une interview réalisée par Ariane Bavelier pour Ligne 8 (le journal de l’Opéra national de Paris).

Haut de page

Distribution


1 – Dans le rôle de Baptiste (Jean-Louis Barrault) –
Mathieu Ganio est danseur étoile depuis 2004.
Le voici dans cet extrait vidéo de La Sylphide (Youtube), une interview en 2004 pour le site Altamusica, plusieurs pages avec photos sur ce forum, un blog français, un site japonais hommage.
ou
Stéphane Bullion est premier danseur dans le corps de ballet de l’Opéra de Paris depuis décembre 2007. Remarqué dans La Dame aux camélias sous la direction de John Neumeier, il a joué le rôle de Morel dans Proust ou les Intermittences du cœur sous la direction de Roland Petit au printemps 2007, dont voici un extrait vidéo (Youtube).
ou
Mathias Heymann premier danseur depuis 2007. Il a reçu le prix du Cercle Carpeaux cette même année. Le voici dans une vidéo d’une performance contemporaine en solo (Youtube). Quelques photos sur ce forum.

2 – Dans le rôle de Garance (Arletty) –
Eleonora Abbagnato première danseuse dans le corps de ballet de l’Opéra de Paris depuis 2001. Vous pouvez lire ici une interview en 2007 qu’elle a donnée au site Café Babel, la regarder dans un extrait vidéo (Youtube) dans une performance solo des Méditations de Thais. Quelques photos sur ce forum.
ou
Isabelle Ciaravola est première danseuse depuis 2003. Son Myspace, quelques photos , et une vidéo amateur de son rôle de La Dame aux camélias en juillet 2008 aux côtés de Stéphane Bullion (Youtube).
ou
Eve Grinsztajn est première danseuse depuis 2007. Son Facebook, une courte vidéo amateur dans La Dame aux camélias en juillet 2008, quelques photos sur ce forum.

3 – Dans le rôle de Frédérick Lemaître (Pierre Brasseur) –
Alessio Carbone est premier danseur dans le corps de ballet de l’Opéra de Paris depuis 2002. Son site internet, une vidéo sur Youtube.
ou
Karl Paquette est premier danseur depuis 2001. Quelques photos sur un forum, une vidéo amateur pour un spectacle étonnant de Jean Hugues Tanto.
ou
Josua Hoffalt est arrivé troisième du concours de promotion de l’Opéra de Paris dans le classement des sujets derrière Mathias Heymann et Stéphane Bullion. Son Facebook, une interview en 2004 pour le site Dansomanie.

4 – Dans le rôle de Nathalie (Maria Casarès) –
Mélanie Hurel est première danseuse dans le corps de ballet de l’Opéra de Paris depuis 2002. Elle faisait partie de la première chorégraphie de José Martinez en 2002 Mi Favorita aux côtés d’Alessio Carbone (entre autres). Un article en anglais de son rôle dans La Belle au bois dormant en 2007 à l’Opéra Bastille. Une vidéo en compagnie de Emmanuel Thibault et Nolwenn Daniel (Youtube).
ou
Muriel Zusperreguy première danseuse depuis 2007. Une autre biographie avec d’autres photos sur le site Danser-en-France.
ou
Alice Renavand est sujet dans le corps de ballet de l’Opéra de Paris depuis 2005. Quelques photos sur le forum Danse Ta Passion, un entretien pour le site Altamusica en 2006, son Facebook.

5 – Dans le rôle de Lacenaire (Marcel Herrand) –
Benjamin Pech est danseur étoile depuis 2005. Son site internet, quelques photos sur le forum d’Aurélie Dupont, une vidéo amateur dans Caligula avec Nicolas Le Riche à l’Opéra Garnier en 2008.
ou
Stéphane Phavorin est premier danseur dans le corps de ballet de l’Opéra de Paris depuis 2005. Son Facebook.
ou
Vincent Chaillet est devenu coryphée pour la promotion 2008 du concours de promotion de l’Opéra de Paris. Un entretien pour le site Altamusica en 2006, un autre pour le magazine Blake en 2008.

La ballerine : Nolwenn Daniel ou Aurélia Bellet ou Sarah Kora Dayanova
Le comte : Christophe Duquenne ou Jean-Christophe Guerri ou Aurélien Houette
Madame Hermine : Caroline Bance ou Ghyslaine Reichert ou Caroline Robert
Desdémone : Nolwenn Daniel ou Miteki Kudo ou Charline Giezendanner
Le directeur de théâtre en aboyeur : Alexis Renaud ou Alexis Saramite
Un musicien : Pierre Rétif ou Samuel Murez
Jean-Louis Barrault : nn

Haut de page

La scénographie a été confiée à Ezio Toffolutti qui avait eu le molière du meilleur décorateur en 2001 pour Le Cercle de craie caucasien de Bertolt Brecht. Il avait déjà travaillé pour le ballet de l’Opéra de Paris, c’était en 1996 pour Coppélia créé par le danseur étoile Patrice Bart. Curieusement, Coppélia a été repris par José Martinez en 2007 à l’Opéra Bastille.

Pour les costumes, c’est la danseuse étoile Agnès Letestu (dont le costume est la seconde passion) qui a eu la charge de les dessiner. Elle confiait récemment au Figaro au mois de juin 2008 qu’elle resterait « fidèle à la ligne voulue par le XIXe siècle mais taillée dans des tissus modernes. Pas de mousseline, ni de dentelle, mais du crin par exemple pour façonner des manches ballons. J’épouse à ma façon le langage contemporain de Martinez ». Elle avait déjà créé les costumes du ballet Mi Favorita chorégraphié par José Martinez en 2002.

André Diot s’occupera des lumières, il avait été nominé aux Molières en 2007 pour la pièce Blanc d’Emmanuelle Marie. Plus récemment, il était responsable des lumières à l’Opéra Bastille pour Louise, l’Opéra de Gustave Charpentier.

L’Ensemble orchestral de Paris sera sous la direction musicale du jeune chef d’orchestre espagnol Pablo Heras-Casado. Il vient notamment de travailler au printemps 2008 avec le chef d’orchestre Sylvain Cambreling pour le Wozzeck d’Alban Berg à l’Opéra Bastille.

Haut de page

Communiqué de presse

Au mitan d’un siècle, le XIXe, sur le boulevard du Crime et dans ses théâtres, entre jongleurs et saltimbanques, tavernes sombres et cabarets, se déploie cette grande fresque populaire que José Martinez, inspiré par Les Enfants du paradis, adapte en ballet. Au « Théâtre des funambules », en coulisses, sur scène, au parterre ou au « paradis », se jouent les amours inaccessibles et les jalousies dévastatrices. Magie du spectacle et de ses mystères, un univers se dévoile dans lequel s’intriquent la vie réelle et le théâtre. Recolorés à la manière d’anciennes cartes postales chinées au fond d’un coffre, les souvenirs du mime Baptiste conduisent vers Garance, dont la séduction ne va pas sans désespoir pour ceux qui y succombent.

Parce que le scénario de Jacques Prévert était déjà rythmé comme une chorégraphie, scandé par ses mouvements de foule et ses scènes plus intimes, le ballet vibre à l’unisson de ce monde grouillant, vivant et jubilatoire du spectacle et de la rue et s’attarde sur le cortège de rêves, de douceurs, de tristesses et de violences qui accompagnent la recherche des amours idéalisées qui se dérobent.

Haut de page

Renseignements pratiques

Palais Garnier
Place de l’Opéra
75009 Paris

Première mardi 21 octobre 2008 19h30
Représentations :
jeudi 23 octobre (19h30),
vendredi 24 octobre (19h30),
samedi 25 octobre (14h30 et 20h00),
lundi 27 octobre (19h30),
mercredi 29 octobre (19h30),
jeudi 30 octobre (19h30),
samedi 1er novembre (19h30),
lundi 3 novembre (19h30),
mardi 4 novembre (19h30),
mercredi 5 novembre (19h30),
samedi 8 novembre 2008 (14h30 et 20h00)

Durée du spectacle : 2 h 15 avec un entracte.
Prix des places : de 20 € à 85 €.

Haut de page

Liens

1 – La page concernant le ballet des Enfants du paradis sur le site de l’Opéra de Paris.
2 – La page concernant la distribution complète selon chaque représentation sur le site de l’Opéra de Paris.
3 – La présentation en vidéo des Enfants du paradis par Brigitte Lefèvre, la directrice de la Danse de l’Opéra national de Paris (sur le site de l’Opéra de Paris).
4 – L’interview en vidéo de José Martinez et Agnès Letestu (sur le site de l’Opéra de Paris).
5 – L’article paru dans L’Express (8 octobre 2008) sur les préparatifs du ballet par Laurence Liban et la critique parue le 23 octobre.
6 – L’interview vidéo de José Martinez au journal télévisé de France 2 le 23 octobre 2008.
7 – L’article paru dans Le Monde par Rosita Boisseau, daté du 28 octobre 2008.
8 – Celui paru sur le site d’ Europe 1 (22 octobre 2008).
9 – L’article du Figaro par Ariane Bavelier (23 octobre 2008).
10 – Et celui paru dans Le Journal du dimanche le 23 octobre 2008, par Nicole Duault.

crédit photographique : Anne Deniau

Haut de page

One Trackback

  1. […] En effet, ce ballet avait été créé à l’automne 2008 pour une quinzaine de représentations déjà à l’Opéra de Paris. Nous vous renvoyons à la page que nous lui avions consacré à l’époque, à lire ici. […]

Publier un commentaire

Votre email n'est jamais diffusé. Les champs obligatoires sont identifiés par *

*
*

*

This site is protected by WP-CopyRightPro