fiche technique / synopsis / revue de presse


JENNY (1936)

Fiche techniqueSynopsisRevue de presseStory (english)Comments (english)Affiche LiensDVD/VHSSubtitles/Sous-titresPhotographie rare de Françoise Rosay et Lisette Lanvin

FICHE TECHNIQUE

Scénario : Pierre Rocher.
Adaptation et dialogues : Jacques Prévert et Jacques Constant.
Images : Roger Hubert.
Décors : Jean d’Eaubonne.
Musique : Joseph Kosma et Lionel Cazeaux.
Spiritual interprété par The Five Kentucky Singers.
Directeur technique : Jean Stelli.
Assistant : Pierre Blondy.
Montage : Ernest Hajos.
Interprètes : Françoise Rosay (Jenny Gauthier), Albert Préjean (Lucien Dancret), Lisette Lanvin (Danielle Bricart), Charles Vanel (Benoît), Jean-Louis Barrault (Le Dromadaire), Sylvia Bataille (Florence), Margo Lion (Mme Vrack), Roland Toutain (Xavier), Robert Le Vigan (L’Albinos), René Génin (le pêcheur du bistrot), Roger Blin (le malade solitaire), Génia Vaury (la jeune femme au chien), Louis Blanche, Raymond Segard (le fiancé londonien), Daniel Clérice, Joseph Kosma (le joueur d’harmonium), Enrico Glori, Pierre Piérade, Marcel Mouloudji (le chanteur des rues à Paris).
Production : Réalisations d’art cinématographique (Albert Pinkévitch).
Sortie : 18 septembre 1936, au Madeleine-Cinéma (Paris).
Titres envisagés : Prison de velours ; Argent de poche.
Durée : 95 minutes.
Distinction : Prix du meilleur film étranger (Japon, 1936).

Haut de page

SYNOPSIS

Jenny tient officiellement une luxueuse boîte de nuit. En réalité, ce lieu est une maison de rendez-vous et de jeux. Jenny a un jeune amant qu’elle entretient. Sa fille arrive à Paris ignorant tout du métier de sa mère. Lors d’une visite à la maison de rendez-vous, elle rencontre le jeune amant…

Haut de page

REVUE DE PRESSE

COMEDIA, 1936 (Fernand Lot)
On n’a pas oublié certain Nogent, eldorado du dimanche, bande muette qui témoignait des possibilités du jeune cinéma démuni, mais attentif à la vie… Carné n’a pas déçu ceux qui lui faisaient confiance et prouvé qu’il savait aujourd’hui bénéficier de l’abondance de biens, comme il sut jadis s’en passer. Nul n’ignore qu’en art ceci est aussi difficile que cela !… Un regret pourtant. Pourquoi avoir — encore une fois ! — choisi un milieu humain si vil, des héros si peu intéressants ?
L’ACTION FRANCAISE, 1936 (François Vinneuil [Lucien Rebatet] )
Marcel Carné signe pour la première fois un film important. Il est normal qu’il soit encore tout imprégné du réalisme amer de M. Feyder. Sa Jenny, par tous les traits de sa mise en scène, appartient à l’atelier de Feyder. On ne songe pas le moins du monde à le lui reprocher. On le félicite au contraire d’avoir su profiter si bien d’un utile enseignement, d’y avoir appris la maîtrise du plateau, le goût du détail sans mesquinerie. Ce débutant paraît vraiment né pour composer des images de cinéma, ce qui est jusqu’à présent chez nous un don assez rare (…). Mais ce qui déçoit, dans Jenny, c’est l’espèce d’inutilité dramatique de cette histoire, hormis les sentiments accessoires que le décor peut inspirer (…). La seule poétique que M. Carné paraisse capable de concevoir pour l’instant, c’est un baudelairisme de brasserie éventé, éculé et qui a traîné sur toutes les banquettes du Montparnasse (…). Je crois justement savoir que M. Carné est de « gauche », pour l’instant du moins. Ainsi Jenny confirmerait tout ce que l’on incline à penser à propos de l’influence déprimante des idéologies socialistes sur les artistes, même lorsqu’ils font œuvre neutre, sur la tristesse qui imprègne tout, la vie quotidienne et les productions de l’esprit dans les époques d’oppression et de chienlit marxiste comme celle que nous sommes en train de subir (sic).
LES NOUVELLES LITTÉRAIRES, 1936 (Alexandre Arnoux)
L’événement capital de ce début de saison, au moins du point de vue français, c’est certainement Jenny, film qui nous révèle un jeune metteur en scène. Carné, retenez ce nom. Les amateurs avertis ne l’ignoraient pas tout à fait ; ils se souvenaient d’un certain Nogent, eldorado du dimanche, reportage de la banlieue parisienne qui fut présenté, si j’ai bonne mémoire, aux Ursulines en 1929 ou 1930. Cette petite bande pittoresque séduisait par sa fraîcheur, la variété des prises de vues, un sens aigu de l’atmosphère. Elle désignait nettement son auteur à l’attention des maisons de pro­duction (…). On perçoit dans ce premier ouvrage sorti de sa main une sensibilité, une sûreté, une entente du cinéma, une force inté­rieure qui promettent beaucoup. Ou je me trompe fort ou nous tenons un homme de grande classe à qui je souhaite qu’on fournisse seulement l’argent et la liberté. Pour le reste, je le juge de taille à s’en charger lui-même.

Haut de page

STORY (english)

In Jean Queval. Marcel Carné. New index series n°2 – BFI. November 1950.

Jenny is the manager of a night club which harbours dubious activities. Her lover, Lucien, has been dragged into the gang against his will. A man called Benoit is resolved to put an end to the affair between Jenny and Lucien, and employs a hunch-backed accomplice nicknamed Dromadaire. Danielle, Jenny’s daughter, is deserted by her fiancé because of her mother’s life, and finds out the truth ; she confides in Lucien. The two fall in love and decide to go away together. Lucien tells Jenny he is going to break with her, and then is badly injured and taken to hospital after a fight with Benoit. Jenny goes to visit him, and Lucien explains that he is in love with a young lady, whose identity Jenny guesses.

Haut de page

COMMENTS (english)

In Jean Queval. Marcel Carné. New index series n°2 – BFI. November 1950.

On the face of it, a melodrama filled with conventions, and concocted for Françoise Rosay, this film is relieved by its adroit dialogue, by its shrewd and vivid observation of character and mastery of visual narrative. Seen again today, it is important mainly for the promise it holds of more mature work in the future. At the time, Carné still believed in shooting on location, and hence the exterior scenes of misty banks, railway bridges and dawns, which anticipate some of his more celebrated morceaux de bravoure in the later realistic films. They are oddly nordic and yet typically Parisian.
Considered in the light of Carné‘s previous film experience, one can see that although it might be said he borrowed Françoise Rosay from Feyder and Préjean from Clair he has discovered his own vision. Or is it that he is under Prévert‘s influence ? In 1936, it is difficult to decide who is the dominating factor in a homogeneous, fertile collaboration between screenwriter and director that was to last for ten years. Certainly, their common vision anticipates the times to corne. Fate and pessimism already invade the screen, and in fact, Carné seems to owe more in his first sound film to Prévert than to either Feyder or Clair. The cast is remarkable, and includes at least three artists who were to become important in other fields : Jean-Louis Barrault, Joseph Kosma (then a little-known musician), and Roger Blin, today one of the most intelligently influential men of the Paris stage.
« Two worlds meet : in one, love is vice or a trifle (or business) ; in the other, love is salvation. » (Ciné-Club.)

Haut de page

AFFICHE

 

Haut de page

 

DVD/VHS


Le 25 août 2003 est sorti au Japon par la compagnie IVC l’unique copie en DVD de ce premier film de Marcel Carné. Attention cependant, la copie n’a visiblement pas été remasterisée et se trouve en mauvais état. De plus elle est très rare ce qui nous amène à la question suivante : Pourquoi ce film n’est-il sorti qu’au Japon ? sans doute une incitation au piratage ? puisque la copie circule dans les milieux cinéphiles de P2P…

Caractéristiques techniques :

DVD ZONE 2 (Japan, Europe, Middle East, and South Africa only) – Mono – NTSC – Catalogue Number : IVCF2227 – Subtitles: Japanese – Format = 1.33:1 – Durée = 91mn. Bonus : filmographie + notes de production.

D’après le site Amazon, il semble qu’il existe une autre copie en DVD sortie le 25 janvier 2001 avec la pochette suivante :


Haut de page

À disposition des malentendants français et des anglophones, nous mettons à votre disposition les sous-titres de Jenny, que nous avons trouvés sur Internet. Pour les télécharger, il vous suffit de faire clic droit + enregistrer sous (PC) ou Ctrl+clic (MAC) sur la langue désirée : Sous-Titres Français ou English Subtitles.

Nous nous engageons à retirer sur-le-champ ces sous-titres lorsqu’ils seront disponibles à la vente en DVD dans la langue sélectionnée

Pour visionner ces sous-titres, il vous suffit de lire votre copie DVD sur votre ordinateur à l’aide du logiciel VLC puis de les sélectionner manuellement.

Haut de page

Photographie rare de Françoise Rosay et Lisette Lanvin

Cette photographie provient de la collection personnelle du photographe et collectionneur Michel Giniès.

Avec son aimable autorisation.

Tous droits réservés (c)

Haut de page

LIENS

1 – La page consacrée au film sur le site incontournable DVDTOILE.
2 – La chronique en anglais du film sur le site de CHANNEL 4 (english review).
3 – La chronique en anglais du film sur le site des Films de France.com (english review).

Haut de page

Share

3 Trackbacks

  1. […] fiche technique / synopsis / revue de presse […]

  2. […] fiche technique / synopsis / revue de presse […]

  3. […] commence donc avec le premier film de Carné, Jenny, il n’a alors que 30 ans ce qui est un très jeune âge pour l’époque d’avant […]

Publier un commentaire

Votre email n'est jamais diffusé. Les champs obligatoires sont identifiés par *

*
*

*

This site is protected by WP-CopyRightPro