1951 – Jouvet n'a pas trahi Jouvet par Jeanson – part5 (Cinemonde)


« Jouvet n’a pas trahi Jouvet »par HENRI JEANSON paru dans Cinémonde n°899 daté du 27 octobre 1951

Voilà donc terminée la publication des témoignages recueillis par ce jour­nal sur les Jouvet que nous avons connus, admirés, aimés et perdus.
Comme tous ces Jouvet — le Jouvet modeste de Jules Romains ou le Jouvet bricoleur de Marcel Herrand, le Jouvet angoissé de Pierre Renoir ou le Jou­vet flegmatique de Marcel Achard — comme tous ces Jouvet se ressemblent !
C’est qu’ils ont une vertu commune : l’amour.
Mille traits, un seul coeur.

Que ce soit dans les théâtres où, avec Léon Noël, il jouait le mélodrame, dans l’atelier de menuiserie du Vieux-Colombier, dans la cabine du bateau qui le conduisait en Amérique, au Conserva­toire dans sa classe, à la Comédie des Champs-Elysées dans sa loge, à l’Athé­née dans son bureau, à Billancourt sur le plateau du studio ou chez lui, quai Blériot, on ne prend jamais Jouvet en flagrant délit d’imposture.
Jouvet n’a jamais trahi Jouvet. Toujours Jouvet a été digne de Jou­vet.
Jouvet était plus qu’un grand artiste : c’était un homme.
Avec tous les défauts, toutes les qua­lités d’un homme et le génie de Jouvet par-dessus le marché.
C’est vrai qu’il était timide et om­brageux, et secret, et angoissé, et indé­cis, et entêté, et avare de ses minutes.
Mais c’est vrai aussi qu’il était témé­raire, et fidèle, et confiant, et enthou­siaste, et prodigue de ses années.
Il disait à Zimmer, la veille de la création de Siegfried :
– Ça ne fera pas un rond.
Mais il ajoutait aussitôt :
– Ce sera un honneur pour moi d’avoir monté c’te pièce.
Il disait à Giraudoux :
– Le seul problème au théâtre c’est le problème du succès, et il soupirait :
– Mais le succès n’est pas une solu­tion…

Humble devant son métier, il man­quait de confiance en lui, mais il se jetait dans la ba­taille avec le désir de vaincre et la vo­lonté d’en finir.
Il n’avait pas d’idée arrêtée.
Pas de doctrine. Pas de conception. Ah ! surtout pas de conception !
« A partir de la première répétition, pour nous comé­diens, il n’y a plus besoin de penser mais de sentir », écrivait-il.
Il disait aussi :
« Rien n’est ab­solu. La mise en scène est comme une prière. Tout y est relatif à la fer­veur. »
Et encore :
« Une pièce clas­sique est devenue pour moi, après de longues années de labeur et de pra­tique, une nuit éblouissante. C’est là un résultat dif­ficile à obtenir. »
Ses mises en scè­ne étaient un peu des enquêtes poli­cières.
Il cherchait des pistes qu’il brouillait ensuite.
Il épiait les personnages et les prenait en filature.
Dix, vingt, cinquante fois il changeait de tactique et bouleversait ses plans…
Il avançait, fureteur, dans les té­nèbres.
Il traquait la beauté cachée.
Et puis un jour, tout à coup, le chef-d’oeuvre apparaissait.
Et Jouvet souriait avec un air de dire : « Je savais bien qu’il était là, quel­que part. »
Quel jeu de patience que le jeu de hasard du théâtre où Jouvet ne laissait rien au hasard…
Sait-on qu’il répéta Don Juan pen­dant plus d’une année après y avoir songé toute sa vie ?

Parce qu’il n’osait pénétrer dans les salles où l’on projetait ses films, quel­ques imbéciles avaient décrété que Jou­vet n’aimait pas le cinéma.
La vérité est qu’il craignait de se décevoir.
La curiosité, l’intérêt qu’il portait à l’ouvrage dont il était l’interprète, finis­saient toujours par avoir raison de ses craintes.
Je me souviens qu’avant de partir pour la Grèce, il me téléphona sous pré­texte de me demander des nouvelles de Lady Paname.
Alors, ton film est monté ?
– Oui. J’ai vu ce matin la copie stan­dard.
Ah ! oui. Ah ! tiens. La copie stan­dard, vraiment ? Et tu en es content oui, tu en es content ?
– Si le public en est content, je serai content.
Tu as bien une petite opinion ?
– Je n’ai aucune opinion.
Ah ! comme c’est curieux ! A pro­pos, je pars la semaine prochaine. Quand dine-t-on ensemble ? Vendredi ? Veux-tu ?
– Va pour vendredi!
On pourrait peut-être se voir vers quatre ou cinq heures ?
– Pour diner?
Oui… parce que… avant de dîner, tu pourrais peut-être organiser une pe­tite projection et me montrer ton film ? Qu’est-ce que tu en penses ?
– J’allais te le proposer.
Entre nous, hein, la projection, entre nous ! N’invite personne… Je n’aime pas me voir en public, me ren­contrer devant des tiers. Moi dans la salle et moi sur l’écran, ça fait déjà beaucoup trop de monde…
Ah ! la pudeur de Jouvet ! Et son trac, donc !
A la deux centième de L’Ecole des Femmes, il tremblait comme au premier soir…
C’est comme ça qu’au bout de qua­rante ans de trac son coeur a fini par craquer.

Son coeur a fini par craquer et pour­tant…
Pourtant, si Jouvet entrait dans mon bureau tandis que j’écris cet article et qu’il se penchât par-dessus mon épaule en me disant :
A quoi travailles-tu ? Et d’abord pourquoi ne se voit-on plus ? Tu es fâché ? Je t’ai fait de la peine ?
Je n’en serais pas surpris…
C’est une idée qui m’est devenue fa­milière, une espèce de rêve… Je sais bien ce qui se passerait… Ce qui se pas­sera… J’ai tout prévu :
Je ne lui poserai aucune question, je ne lui demanderai même pas par quel chemin il est revenu, je lui répondrai simplement :
– Je ne te voyais pas parce que j’écrivais une pièce pour toi…
Alors, il me dira :
Ce n’est pas possible… raconte…

Et la conversation continuera… J’ai tant de choses à lui dire.

Henri JEANSON.


Dans ce numéro de Cinémonde on trouve également deux autres témoignages (NDLR) :

Blaise Cendrars : « Il ne croyait pas au parlant. »

Paris, Port-de-Mer !
Je ne pensais plus à un reportage. J’imaginais un film. Et il me revenait le triomphe de Jouvet dans La Folle Jour­née, d’Emile Mazaud, lors de la création de cet acte, une tragédie à allure de farce psy­chologique amère, inénarrable, catastrophique, le grand Jou­vet remarquable et remarqué, et inoubliable dans le rôle de Touchard, au Vieux-Colom­bier, ce théâtre ingrat, avant la guerre de 1914, et je voyais Jouvet entraîner mon film, Jouvet, l’animateur.

J’en parlai un soir à Jouvet, lui vidant mon sac d’embrouillaminis et de cocasseries, traçant à grands traits mon sujet, campant son personnage, inventant des gags qui saillaient au fur et à me­sure de mon exposé. Jouvet riait aux éclats. Mon histoire de Paris, Port-de-Mer l’amu­sait. Nous blâmes fort avant dans la nuit. Nous étions « Chez Francis », à la porte de son théâtre et à deux pas de chez moi. Jean Giraudoux de­vait y situer La Folle de Chaillot. Le Tout-Paris a dé­filé dans ce grill room à la mode, un ancien bistro de co­chers de fiacre qui s’appelait vers 1900 « A la vue de la Tour Eiffel », les soirs de pre­mière à la « Comédie des Champs-Elysées ».
Quand l’ami Francis nous mit à la porte, car il se faisait tard, très tard, nous nous quit­tâmes en riant…

…Mais Jouvet ne paraissait pas s’intéresser à mon affaire. Louis Jouvet n’avait pas en­core fait de cinéma, aussi invraisemblable que cela puisse paraître aujourd’hui. Et pour­tant cela est. C’était à l’avène­ment du parlant, donc en 1930-1931, peu de temps après le beau film de René Clair, Sous les toits de Paris, film sentimental qui venait de remporter un succès fou. Jouvet ne croyait pas au parlant. L’af­faire en resta là. Quinze jours plus tard, j’embarquais pour l’Amérique du Sud tourner des bêtes sauvages. Je n’y pensais plus.

RAYMONE : « Elle s’évanouira « après » ! »

Je ne saurais mieux témoigner du respect qu’il avait pour le théâtre qu’en rappor­tant cette anecdote :
Nous jouions alors Le Revi­zor. Ce soir-là, au moment de faire mon entrée, je fus prise d’un étourdissement. Michel Si­mon qui était en scène avec Louis Jouvet, murmura entre ses dents « Raymone se trouve mal dans les coulisses.»
Et j’entendis Jouvet répon­dre, de la même façon, à son partenaire : « Qu’elle entre d’abord… elle s’évanouira après ! »

Quand il aimait les êtres, il ne pouvait se faire à l’idée que ceux-ci pussent le quitter un jour. Je suis restée près de trente ans avec lui, dans sa troupe. Je l’ai suivi presque partout. Le soir où il est mort, mon frère est mort aussi. Ce jour-là, j’ai perdu deux frères.


Haut de page

Publier un commentaire

Votre email n'est jamais diffusé. Les champs obligatoires sont identifiés par *

*
*
*

This site is protected by WP-CopyRightPro