1967 – article paru dans Cinemonde


Article sur Haydée Politoff paru dans la revue Cinémonde n°1697 daté du13 juin 1967

Haydée Politoff, je n’ai pas de problèmes par Michèle Ribaud

Les cheveux courts, des lèvres sensuelles, un corps gracile. elle n’est pas belle. Elle le sait. Elle sait qu’elle est jolie, mignonne, qu’elle a du charme et surtout beaucoup de personnalité. Elle sait que si elle veut « durer », elle doit moins compter sur son physique que sur « qu’il y a derrière ». Elle est comme toute sa génération : lucide. Merveilleusement lucide. Épouvantablement lucide.

Je suis née sous le signe des Gémeaux. on m’a souhaité mon anniversaire, le 25 mai dernier. Quel anniversaire ? Je devrais peut-être me rajeunir un peu, maintenant que je débute dans ce métier, cela pourrait m’éviter dans quelques années d’avoir, comme les autres, 25 ans pendant dix ans.

Disons donc qu’Haydée a 20 ans. Elle est née à Saint-Denis près de Paris. Son père est mort peu de temps après sa naissance. On lui a annoncé, alors qu’elle avait quatre ans, que celui qu’elle appelait son père, était en fait son beau-père. Elle a choisi de le garder pour père bien qu’il ait divorcé depuis d’avec sa mère. Haydée n’aime pas les faux problèmes. Elle a passé une enfance heureuse dans un milieu assez ouvert puisque ce beau-père-là est journaliste. Une enfance quelque peu mouvementée car très tôt elle fit preuve de caractère et même de mauvais caractère. Ses études?

Je les ai arrêtées à 15 ans. Dans quelle classe doit-on être à quinze ans pour ne pas être considérée comme une débile mentale ? En seconde ? Disons donc, si vous le permettez, que, j’ai quitté le lycée en seconde et… pour être un peu plus honnête, qu’à partir de la quatrième les mathématiques étaient pour moi de l’algèbre, c’est-à-dire que je n’y comprenais rien.

A 15 ans, donc. Haydée entra dans un cour, de dessin :

Le dessin me passionnait, je n’avais aucun talent mais j’étais inscrite dans un cours privé aux mensualités assez élevées, on affirmait donc à nos parents que l’on avait du génie. Je n’y échappais pas. On m’a beaucoup vu à cette époque entre le Sélect et la Coupole. Je jouais aux dés… Après, je suis entrée dans un journal de mode, j’y ai fait un peu de figuration et quelques piges. Je jouais alors aux échecs. Mon partenaire, lui, étant payé au mois pouvait se le permettre, moi pas.

– Vous gagniez tout de même votre vie?

Non. Le logement m’était assuré par mes parents, la nourriture par les amis, tous mariés dois-je préciser, j’étais encore plus amie avec leurs femmes, (cela je ne devrais peut-être pas le dire) mais je ne me suis jamais fait « entretenir » au sens habituel du terme.

Haydée me fait un sourire complice…

Vous voulez peut-être que je vous raconte une anecdote ? Revenons donc au journalisme. Je n’ai fait qu’une enquête amusante et ce, sur les agences matrimoniales. On y rencontre de jeunes dragueurs assez laids qui préfèrent verser quelques 600 francs plutôt que de se fatiguer. (Je dois ajouter qu’étant considérée comme facile à caser, on ne m’a demandé que 250 francs). J’ai tout de même rencontrée un « cas ». Un monsieur de 40 ans, employé de bureau, bien propre, bien sage que l’on imaginait facilement pliant ses chaussettes chaque soir. En dehors du mariage, it ne m’a proposé qu’une chose et c’était un grand cadeau qu’il me faisait. II m’offrait de passer un dimanche avec lui. Ce monsieur bien sage de 40 ans possédait une cabane dans une forêt où le dimanche il jouait aux indiens, habillé en indien avec quelques « camarades »… Drôle. non ?


Drôle en effet. Après cette expérience, Haydée dînant chez des amis, rencontra Eric Rohmer lequel lui proposa de faire partie de son film « La Collectionneuse ». Un film tourné en décors naturels près de Saint-Tropez avec un très petit budget. Pourquoi a-t-elle accepté ?

Parce que c’était une nouvelle expérience. Je n’avais aucune illusion quant au succès de ce film. Connaissant Rohmer, sachant que ce qu’il faisait était tout de même au troisième degré « La Collectionneuse » n’avait guère de chance d’être commerciale. Prudente comme je le suis, et sachant que le métier de comédienne m’était étranger, j’ai cherché à en faire le moins possible pour éviter le maximum de bêtises.

Que pensaient de vous, vos partenaires ?

Ils me considéraient vraiment comme le petit « boud » (lisez « boudin ») placé là par piston et qui ne pouvait que nuire à « leur » film. J’ai joué le jeu c’est-à-dire celui de la parfaite idiote pour ne pas trop les décevoir. La publicité que m’a apporté ce film a du leur faire un choc

Parlez-moi de votre succès ?

Succès n’est pas le mot car je ne gagne pas encore assez d’argent et parce que l’on ne me reconnaît pas encore bien dans la rue. Ce rôle m’a pourtant valu une rencontre amusante. Un monsieur m’aborde :
« Vous êtes Haydée Politoff ? – Oui. – Vous n’allez pas passer vos vacances en Grèce ? – Non pourquoi ?
– Parce que je suis un Grec exilé, que j’ai des messages à transmettre à mes compatriotes et que vous seriez parfaite pour les leur transmettre; jamais, on ne vous soupçonnera…
»

Que lui avez-vous répondu ?

La vérité : que j’étais bien trop heureuse et bien trop lâche pour prendre ce risque…


Au fait, pourquoi vous appelez-vous Haydée ?

Parce que mon père était d’origine russe et un admirateur passionné d’Alexandre Dumas. La princesse Haydée est, comme vous le savez, une des héroïnes du Comte de Monte-Cristo.

Votre premier rôle fut celui d’une « La Collectionneuse ». Pouvez-vous me dire ce que vous pensez de ces petites personnes, me donner une définition des « minets» et me dire ce que vous pensez de « l’Evolution des moeurs » ?

Les moeurs ont un peu évolués. Les filles sont sans doute un peu plus précoces mais elles continent à afficher plus de désinvolture qu’elles n’en ont réellement. Les minets sont, en général, des petits jeunes hommes du 16e arrondissement qui s’habillent chez Renomma ou Mayfair, passent leur temps dans les Drugstores, pas chez Castel car ils ne peuvent y entrer. Ils draguent et seraient particulièrement inodores s’ils ne sentaient pas l’argent de leurs papas. Quant aux collectionneuses, ce sont des petites personnes sans intérêt qui sont sans doute déséquilibrés. Je ne vois pas ce que peut apporter quelqu’un de différent chaque soir.

Vous qui êtes-vous ?

Une petite fille très sage, dit Haydée en réprimant un sourire, qui mène une petite vie très calme avec son fiancé (faut-il dire qu’ils vivent ensemble ? Non, n’est-ce pas). pourtant ils vivent ensemble et sont occupes surtout travailler…

Que vous apporte cet homme ?

Beaucoup. Je suis incapable de vivre seule. Un homme, s’il est bien choisi – et c’est le cas – doit être drôle, intelligent et surtout ne jamais peser. Celui-ci tout en étant le « monsieur dans la maison » me laisse libre de faire mon travail, ne fait pas de scènes de jalousie sans raison mais en fait suffisamment pour montrer qu’il ne se désintéresse pas de moi. C’est parfait non ?

Vous pensez le garder longtemps

J’aimerais bien… Nous ne nous connaissons que depuis le mois de novembre 66.


Votre nouveau métier vous plait-il ?

Oui, parce que c’est un des rares métiers qui puissent vous apporter rapidement de l’argent, c’est capital, donc une liberté certaine. C’est un métier marrant, changeant, qui vous demande énormément de travail.

Pensez-vous que vous allez durer ?

Je n’en sais rien. II y a dans ce métier tellement de « mémés » tellement plus belles que moi ! Cela me panique un peu. Je considère donc que j’ai eu un coup de chance avec « Collectionneuse a, un autre avec « Comme Mars en Carême » que j’ai tourné en Bretagne (le film sortira sous le titre « Ne jouez pas avec les Martiens ». ndlr) avec Henri Lanoë (un petit rôle), un troisième avec le contrat que me propose Marcel Carné, celui de la vedette de son prochain film « Les jeune loups ».

Avez-vous des amis dans ce film ?

Un : Yves Beneyton qui est parfait. Il jouera dans le film le rôle d’un beatnik.

Une dernière question comment vous voyez-vous ?

Je suis lunatique, capricieuse. je change souvent d’humeur – avant le film déjà – maintenant, c’est pire ! Je suis ravie lorsque je peux faire mon petit numéro (dont je ne suis pas dupe). J’aime l’argent. J’aime rester au lit le matin (je suis capable de rester au lit 15 jours d’affilée). La tête des autres me déprime un peu. J’aime les petits villages de la Drôme (10 jours), Avignon (quand on n’a rien a faire), Londres (bien que je ne connaisse pas de ville plus triste que Londres), une maison de Bretagne, une autre en Touraine. J’aime jouer (jamais de l’argent, j’ai bien trop peur de le perdre !). J’aime me baigner. J’aime les bagues argent ou platine avec des pierres blanches ou bleues, et les bracelets (les boucles d’oreille me donnent l’air d’une respectueuse et je ne sais quoi faire des colliers), j’aime m’habiller souvent en pantalon ou bermudas (ce qui ne signifie pas que je veux faire « masculin »). J’aime vivre, je veux vivre ma vie année après année (je saurai vieillir), je prends ce que je peux et (le plus possible) ce que je veux. Bref : je n’ai pas de problèmes ! Ah j’oubliais ! J’aime les perroquets !

Pourquoi ?
C’est marrant, ça a des humeurs, des têtes, c’est exclusif, ça danse, ça mange à table, c’est bavard, ça a un sale caractère…

ça vous ressemble ?

Comment dois-je le prendre ? demande très sérieusement Haydée.

Et nous nous sommes dit bonsoir.



Haut de page


Un Commentaire

  1. GilBret
    Publié le 19 février 2013 à 18 h 05 min | Permalien

    Dommage pour la « Collectionneuse », Haydee n’aura pas été bien loin. Pourtant elle était mignonne, avec « Les jeunes loups ». Haydee a imaginé qu’elle était Bardot et qu’en montrant sa jolie poitrine, tout irait mieux… Mais sa poitrine n’a pas suffit. Quelques films tous plus inconnus les uns que les autres et… plus rien. Qu’est-tu devenue, Haydée Politoff ?

Publier un commentaire

Votre email n'est jamais diffusé. Les champs obligatoires sont identifiés par *

*
*
*

This site is protected by WP-CopyRightPro