1974 – Entretien sur la genèse des Enfants du Paradis (Ed.Balland)


Cet entretien est paru dans l’édition Balland du livre-roman des Enfants du Paradis en 1974

(Ndlr. le journaliste n’est pas crédité.)

Comment sont nés les Enfants du Paradis ?

– J’avais signé avec André Paulvé un contrat pour trois films. Le premier, les Visiteurs du soir, avait été très bien accueilli par la presse et par le public. Nous étions donc, Jacques et moi, à la recherche d’un sujet. Nous devions, en principe, faire Nana d’après Zola, mais nous nous sommes heurtés à un problème de droits. Nous avons pensé à un Milord l’Arsouille, avec Pierre Brasseur dans le rôle principal; mais Milord l’Arsouille, c’est l’apologie du luxe, de l’argent et nous trouvions ça un peu indécent en pleine guerre. Nous y avons donc renoncé. Prévert vivait à ce moment-là dans le Midi à Tourette-sur-Loup et nous nous y retrouvions souvent.

Un jour, nous nous promenions tous deux sur la Promenade des Anglais à Nice lorsque nous rencontrons Jean-Louis Barrault qui, intarissable comme toujours, se met à raconter un tas d’histoires, en vient à parler du célèbre mime Jean-Gaspard Debureau et nous fait le récit suivant : « A l’apogée de sa gloire, Debureau se promène sur le Boulevard du Crime en compagnie de sa maîtresse lorsqu’ils sont interpellés par un ivrogne qui les insulte. Debureau le repousse, mais celui-ci revient de plus belle à la charge et injurie la femme. Ivre de fureur, Debureau lève sa canne et trappe l’homme, le laissant mort sur le trottoir. S’ensuit, bien sûr, un procès auquel on voit se presser tout Paris, afin de connaître enfin la voix du célèbre Debureau ».


Très excités, avec Prévert, nous décidons de faire de cette histoire le sujet de notre prochain film. Mais, nous nous sommes vite rendus compte qu’il s’agissait d’une fausse bonne histoire pour le cinéma. En effet, si Jean-Louis Barrault interprétait comme prévu Debureau, l’intérêt de la « chute » était nul car tout le monde connaissait sa voix, mais nous risquions de rencontrer l’indifférence générale si le personnage central du film était joué par un inconnu. Prévert était partisan de renoncer, mais j’aimais énormément cette époque, son atmosphère, le Boulevard du Crime, ses héros, etc.

Je suis donc revenu à Paris et me suis mis à la recherche de documents. Pendant trois semaines environ, j’ai travaillé au musée Carnavalet, dans le cabinet des Estampes où j’ai fait faire à peu près deux cents photographies. J’ai également épuisé toutes les librairies théâtrales de Paris où j’ai recherché tous les ouvrages sur le théâtre et les théâtres de l’époque, sur les comédiens, etc… puis ramené le tout à Prévert et lui ai dit : « Jacques, voilà le film ». Dans cette masse de documents, il y avait un nom, un personnage qui fascinait particulièrement Jacques, c’était Lacenaire, et je peux presque affirmer qu’il n’a écrit le scénario des Enfants du Paradis que parce qu’il y avait Lacenaire.

André Paulvé a accepté notre projet et nous avons commencé à travailler à l’écriture du scénario. Très vite, nous nous sommes aperçus que le film allait être très long. André Paulvé a suggéré que nous fassions un film en deux épisodes; ce que j’ai accepté à la condition que le film ne passe qu’en une seule fois lors de l’exclusivité.

Dans quelle mesure, le film respecte-t-il la réalité historique ?

– Le comte de Montray est un personnage inventé, celui de Garance aussi : elle est en quelque sorte le révélateur des différentes formes possibles de l’amour. Frédérick Lemaître a toujours eu des aventures de toutes sortes. Ce n’était donc guère trahir que de lui en inventer quelques-unes supplémentaires. En ce qui concerne Debureau, nous avons été très fidèles à la réalité et nous avons respecté les principaux épisodes de sa vie.

Les détails sont tous, ou presque, authentiques, ainsi l’article de Théophile Gautier sur « Chand d’habits » ou l’expression « le Paradis » que j’ai trouvée chez Jules Janin. Le « paradis » qui est aujourd’hui « le poulailler », d’où le titre du film. Les enfants du « paradis » sont les spectateurs du poulailler mais aussi les acteurs.


Comment s’est déroulé le tournage ?

– Le tournage a commencé aux studios de la Victorine à Nice avec les scènes se déroulant au « Grand Relais », l’auberge où habitent Frédérick et Baptiste; suivaient celles du « Rouge-Gorge », le coupe-gorge de la barrière de Ménilmontant. Jusque-là, tout s’était bien passé, nous devions aborder les scènes se déroulant sur le Boulevard du Crime qui avait été entièrement reconstruit dans le grand parc du studio lorsque sont survenus les événements d’Italie, le renversement de Mussolini et l’occupation de la zone Sud par les troupes allemandes. De Vichy, nous avons reçu l’ordre de rentrer immédiatement à Paris et de tout abandonner. Avec une dizaine de jours de tournage supplémentaire, je pouvais terminer les scènes de foule sur le Boulevard et ainsi sauver le film. J’ai essayé, en vain, d’obtenir ce délai de dix jours. Il nous a fallu rentrer à Paris. Puis, pour des raisons qui sont demeurées obscures, les Allemands ont interdit toute activité professionnelle à André Paulvé.

Nous pensions donc que nous ne finirions jamais le film lorsque le Comité d’organisation de l’industrie cinématographique, qui deviendra plus tard le CNC (Centre national de la cinématographie), a contacté la société Pathé Cinéma pour qu’elle reprenne le tournage. Les tractations ont duré deux bons mois. Finalement, le film a pu être remis en chantier. A partir de ce moment-là, il n’y a pas eu, à vrai dire, beaucoup de difficultés, hormis celles que nous avons rencontrées de nouveau à Nice. En effet, pendant que nous tournions à Paris, un cyclone a à moitié détruit les décors du Boulevard du Crime. lI a fallu reconstituer le décor tel qu’il était initialement. Cela a coûté la bagatelle de 700 000 francs de l’époque. Pour vous donner une idée, on peut estimer que le film a coûté 55 millions. Aujourd’hui, il faudrait à peu près 2 milliards et demi pour le réaliser.

De plus,lorsque nous sommes revenus tourner à Nice, la ville était occupée par les Allemands. Et, alors que les Italiens avaient accepté de nous laisser tourner la nuit sur le boulevard entièrement éclairé avec des projecteurs, les Allemands ont absolument refusé. C’est-à-dire que j’ai dû à nouveau revenir à Paris, reconstituer en studio des éléments de décor et tourner des plans de raccord alors qu’en réalité j’avais prévu de montrer tout le boulevard illuminé le soir de la première au Grand Théâtre et lorsque Debureau et Frédérick Lemaitre boivent le vin chaud à la sortie des Funambules.

Il faut que j’ajoute une chose au sujet du tournage à Nice. Quand j’ai tourné le carnaval, les Niçois étaient privés depuis quatre ans de leur carnaval; ils s’en sont donné à coeur joie. Ils se sont amusés comme des enfants et c’est à cela sûrement que je dois en partie la réussite de la scène finale.

N’y a t-il pas eu d’autres difficultés tenant à l’occupation ?

– Nous étions obligés d’employer un pourcentage minimum de figurants affiliés à un syndicat contrôlé par les Allemands; peut-être parce que nous n’y mettions pas une très bonne volonté, peut-être parce que nous ne respections pas toujours exactement le pourcentage, nous avions fréquemment des descentes de policiers qui se présentaient au studio et qui contrôlaient toute la figuration. Ainsi le jour où nous tournions la scène finale, le carnaval. Un régisseur vient me trouver et me dit : « deux messieurs » demandent Untel (un des figurants). Sa femme vient d’avoir un accident, elle se trouve à l’hôpital et veut le voir. Un peu intrigué, je le charge de dire que ce figurant n’est pas là. Cinq minutes plus tard, le régisseur revient : « Les messieurs insistent. Ils se montrent très vivement émus, disent que cette femme a les deux jambes sectionnées, qu’elle n’a plus que quelques heures à vivre et qu’on ne peut lui refuser la joie de voir son mari. » J’ai malheureusement cru à cette histoire et j’ai fait appeler le « mari ». A peine était-il arrivé au bureau de la régie que les deux types l’ont emmené : c’était la Gestapo.

Je peux vous citer l’épisode Le Vigan. II devait tenir le rôle de Jéricho, le marchand d’habits. Il en avait composé une silhouette assez extraordinaire. J’ai très exactement tourné un plan avec lui car, quand Le Vigan a réalisé que la guerre allait se terminer par la défaite de l’Allemagne, il a pris peur et s’est enfui à Sigmaringen. Il faut dire qu’il avait tenu des propos antisémites à la radio. Evidemment, il a fallu le remplacer, et ce, du jour au lendemain, ce qui n’était guère facile. J’ai d’abord pensé à Pierre Alcover dont j’avais beaucoup aimé la création dans Drôle de drame et j’ai fait un essai avec lui. Malheureusement, il était très malade. J’ai donc fait appel à Pierre Renoir.


N’avez-vous pas rencontré d’autres difficultés en ce qui concerne la distribution ?

– Non. Mais je voudrais vous raconter une curieuse histoire. Au moment où nous devions tourner, Jean-Louis Barrault assurait la mise en scène du Soulier de satin à la Comédie-Française. II n’était pas certain de pouvoir se libérer pour le film. Je cherchai donc une éventuelle solution de rechange et, un jour, je remarquai à l’ABC, célèbre music-hall de l’époque, un mime qui ressemblait de manière frappante à Debureau, grand, mince, le visage légèrement arrondi. Ce mime, c’était Jacques Tati.

Vous avez mis très longtemps à terminer le film. Pourquoi ?

– Je voulais que ce soit le premier film important qui sorte après la guerre. Le film est sorti le 22 avril et l’armistice a été signé le 8 mai. Le film terminé, nous avons organisé une projection à Joinville pour les gens de chez Gaumont puisque Gaumont devait l’exploiter dans ses salles. Ils ont manifesté le désir de passer le film en deux époques; la première passant au Colisée et la seconde au Madeleine.

J’ai alors rappelé à Paulvé la promesse qu’il m’avait faite de le passer en une seule fois et j’ai ajouté : « Faites trois séances par jour dont une soirée à 9 h avec location. Les gens seront ravis. Contrairement à ce qui se passe habituellement au cinéma, le spectacle durera toute la soirée. Vous pouvez même, comme au théâtre, faire un entracte. » J’ai obtenu gain de cause. Le film est resté cinquante-quatre semaines en exclusivité dans les deux salles…


Haut de page


Publier un commentaire

Votre email n'est jamais diffusé. Les champs obligatoires sont identifiés par *

*
*

*

This site is protected by WP-CopyRightPro