Photos détournées, collages de Jacques Prévert à la M.E.P jusqu’au 10 avril 2011

A la Maison Européenne de la Photographie du 09 février au 10 avril 2011, vous pouvez voir ou revoir une sélection de collages de Jacques Prévert basée sur des photographies de ses amis (Brassaï, Izis, André Villers, etc…).

En effet cette exposition présente uniquement cette autre activité artistique de Prévert que certains ont peut-être découvert lors de l’exposition « Jacques Prévert, Paris la belle » à l’Hôtel de ville de Paris à l’hiver 2008/2009 : les collages.

Certains se souviennent peut-être de la grande exposition en 1982 à la Bibliothèque Nationale Les Preverts De Prevert : Collages qui avait été l’occasion d’un somptueux ouvrage publié par Gallimard avec une préface de Philippe Soupault et un texte d’André Pozner.


Philippe Soupault écrivait : Ceux qui furent les amis de Jacques Prévert se souviennent de son désir permanent de découvrir les mystères quotidiens. Il avait toujours refusé d’être l’esclave de la banalité; c’est pourquoi il n’a jamais cessé de protester.


Et André Pozner racontait l’histoire de ce premier collage de Prévert ci-dessus :

Un jour de 1943, alors qu’il achevait « Les Enfants du paradis », Prévert avait choisi une photo de sa femme en train de danser et il avait dit : Je vais te faire un beau cadre. Une façon bien à lui de tirer son portrait, comme toujours, mine de rien, ainsi qu’il avait fait avec des mots, en contournant les phrases, les grandes phrases qui retournent les ongles des doigts de pieds.

Le cadre était de feuilles et de fleurs découpées dans des planches botaniques, et je l’ai toujours vu, fixé au-dessus de la porte de son bureau; il lui tenait compagnie, dos à dos avec son propre portrait par Picasso, de l’autre coté de la cloison.[…]

Puis il ajoutait :

Je me suis souvent demandé si Prévert ne préférait pas, en secret justement, ses collages à ses livres. Il pouvait s’y faire son cinéma. Et ce n’est pas un hasard, peut-être, s’il a débuté dans la colle et les ciseaux à l’époque où il cessait plus ou moins d’écrire des scénarios. Il disait justement « montages » pour désigner ses collages. Ces collages qui racontent en couleurs des histoires, à l’oeil qui les regarde…


Prévert utilise les oeuvres de ses amis photographes comme matériel de prédilection pour réaliser ses collages et les associe à des images glanées au fil de ses promenades, ou trouvées dans des magazines.
Dans ses assemblages, il recrée une nouvelle réalité, éloignant les images originales de leur signification pour les métamorphoser et en composer d’autres, surprenantes, curieuses, envoûtantes et belles, qui constituent un prolongement direct de son écriture imagée : un jeu sur le détournement d’aphorismes ou d’expressions populaires, la relecture ou la réappropriation d’images existantes.

On y retrouve les préoccupations et, parfois, les obsessions présentes dans ses écrits : “Quand on ne sait pas dessiner, on peut faire des images avec de la colle et des ciseaux, et c’est pareil qu’un texte, ça dit la même chose”. Des anges, des bêtes, des Christ, des clowns, des cœurs, des hommes à tête de hibou ou de chauve-souris, des peintres, des saints, des Napoléon, des nains – les collages de Prévert témoignent de sa vision onirique du monde, de son rejet des institutions, de sa tendresse pour les femmes et les enfants, de sa compassion pour les animaux…

(dossier de presse)


Les “visites-découvertes” / Jeune public

Deux rendez-vous sont proposés pour le jeune public autour de l’exposition de Jacques Prévert, “Photos détournées : Collages de Jacques Prévert”.

En individuel

Le samedi 5 mars à 15h

Le samedi 26 mars à 15h

Nombre d’enfants : 15 maximum

Durée de visite : 1h environ

Tarif : 7 €

Conditions de règlement : le jour de la visite.

Renseignements et réservations au 01 44 78 75 30 ou reservation@mep-fr.org

Informations Pratiques

La Maison Européenne de la Photographie

5/7 rue de Fourcy

75004 Paris

Tél. : 01 44 78 75 00

Métro : Pont-Marie ou Saint-Paul

Ouvert du mercredi au dimanche inclus.

Fermé lundi, mardi et jours fériés

Plein tarif: 7 €

Tarif-réduit: 4 €

Share

Un Commentaire

  1. Publié le 29 mars 2011 à 21 h 15 min | Permalien

    vous pouvez trouver un billet sur l’ensemble des expositions de la MEP dont celle de Herve Guibert sur http://blog.paris3e.fr/post/2011/03/30/Herve-Guibert-Jacques-Prevert-Marc-Trivier-Henri-Huet-Maison-Europeenne-de-la-photographie-MEP

Publier un commentaire

Votre email n'est jamais diffusé. Les champs obligatoires sont identifiés par *

*
*

*

This site is protected by WP-CopyRightPro